ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Luanda

Luanda

La plus grande ville et centre économique du pays. C’est dans cette province où se trouve aussi le port le plus principal du pays. Elle est la troisième ville du monde lusophone la plus peuplée.

Luanda

La province

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Luanda (anciennement Loanda) est la capitale et plus la grande ville de l'Angola. Située sur la côte atlantique, est aussi le principal port et centre économique du pays. Est une municipalité subdivisée en 13 districts urbains et est aussi la capitale de la province homonyme.

Elle a été fondée le 25 Janvier 1576 par Hidalgo et explorateur portugais Paulo Dias de Novais, sous le nom de São Paulo da Assunção de Loanda, avec une population d'environ 5 millions d'habitants, ce qui en fait la troisième ville des pays lusophones la plus peuplée monde, derrière seulement São Paulo et Rio de Janeiro, les deux villes du Brésil.

Les Industries présentes dans la ville incluent la transformation des produits agricoles, la production de boissons, le textile, le ciment et autres matériaux de construction, les plastiques, la métallurgie, des cigarettes et des chaussures. Le pétrole extrait à proximité, est raffiné dans la ville, bien que la raffinerie a été endommagée à plusieurs reprises au cours de la guerre civile qui a ravagé le pays entre 1975 et 2002. Luanda possède un excellent port naturel, les principales exportations le café, le coton, le sucre, les diamants, le minerai de fer et le sel.
Les habitants de Luanda sont pour la plupart membres de groupes ethniques, en particulier Ambundu, Ovimbundu et Bakongo. Il ya une importante minorité d'origine européenne, principalement des Portugais, et une communauté chinoise importante. La langue officielle et la plus parlée est le portugais, et on parle également plusieurs langues du groupe bantou, principalement Kimbundu. Luanda est la ville principale qui a accueilli les matchs de la Coupe d'Afrique des Nations en 2010.

Ce nom (Luanda) vient de l'éthymologie Lu-ndandu. Le Lu préfixe, autrefois l'une des formes plurielles dans les langues bantoues, est commun dans les noms des zones côtières, les bassins hydrographiques ou des zones inondées (exemples: Luena, Lucala, Lobito) et dans ce cas, se réfère au banc de sable entouré par la mer. Ndandu valeur moyenne ou négociés et fait allusion à l'exploitation des petits coquillages recueillis sur l'île de Luanda et qui constituait la monnaie dans l'ancien royaume du Kongo et une grande partie de la côte ouest-africaine, connue pour Zimbo ou Njimbo.

Comment les gens Mbundu ont déformé la prononciation des noms de lieux des différentes régions pour leur façon de parler, ce qui élimine certains sons quand ils ne changent pas le sens du mot, Lu-ndandu allé à Lu-andu. Le mot, dans le processus d'anglicisation, est devenu féminin, car il fait référence à une île, et a donné lieu à Luanda.
Une autre version de l'origine du nom se réfère à la même dérive »Axiluandas" (marins), le nom donné par les Portugais pour les habitants de l'île, parce que quand ils sont allés vers eux et leur ont demandé ce qu'ils faisaient, ils ont répondu "uwanda"  un mot qui en kikongo, désignait travailler avec des filets de pêche.

Lorsque les Portugais sont arrivés dans la zone où se trouve aujourd'hui la ville de Luanda, cela faisait partie du royaume de Ndongo, un vassal du Royaume du Kongo, et était particulièrement important parce que c'est un domaine productif de zimbo, une petite coquille avec une valeur fiduciaire.

Répondant à une demande faite aux portugais d'envoyer des missionnaires par le roi Ndambi à Ngola de Ndongo en 1557, le 22 décembre 1559 trois navires ont navigué de Lisbonne avec un émissaire du roi de Portugal, Paulo Dias de Novais, et deux prêtres jésuites Francisco de Gouveia et Augustin de Lacerda. En arrivant à la barre Kwanza le 3 mai 1560, la mission portugaise a été accueillie avec hostilité et suspicion par le nouveau roi de Ndongo, Ngola Kiluanje Kia Ndambi qui leur faisait face en tant qu'agents du roi du Kongo, les ont emprisonnés. Plus tard, avec la promesse d'obtenir le soutien militaire et diplomatique portugais, Paulo Dias de Novais a été autorisé à rentrer au Portugal.

Lors de son deuxième voyage dans cette région, Paulo Dias de Novais a quitté Lisbonne le 23 septembre 1574, accompagné de deux prêtres de la Compagnie de Jésus, une fois arrivées à l'île de Luanda en février 1575 apportant avec deux galions, deux caravelles, deux patachos et le lançon. Puis établi le premier noyau de colons portugais: environ 700 personnes, où ils étaient religieux, les commerçants et les fonctionnaires, ainsi que 350 hommes en armes.

Ngola Kiluanje Kia Ndambi avait entre-temps gagné Njinga Ngola Kilombo kia Kasenda, disciple du Père Francisco de Gouveia qui, pendant son séjour forcé de dix ans et demi avait profité de faire son action d’évangélisation parmi les Angolais. Le 29 Juin 1575, Paulo Dias de Novais a reçu une délégation envoyée par Ngola pour le saluer.
Reconnaissant ne pas être l'île de Luanda, le lieu le plus approprié, s'échoue et a fondé l’actuel São Paulo de Loanda le 25 Janvier 1576, après avoir lancé la première pierre pour l'édification de l'église dédiée à Saint-Sébastien - Saint de grande dévotion des Portugais et patron onomastique du roi de Portugal - à l'endroit où se trouve aujourd'hui le Musée des Forces Armées.
Le choix du nouvel emplacement pour le village a été grandement influencé par l'existence d'un port naturel magnifique, située dans une baie protégée sur une île, une source d'eau potable, l'eau du puits de Maianga (alors) dans une lagune, et l' excellente défense d'état offert par la colline de São Paulo, après la reconquête de la place aux Néerlandais appelée Morro de São Miguel, après la consécration du fort qui y est situé à São Miguel, saint de dévotion de Salvador Correia de Sá.

Sa population se compose de l'entourage de Paulo Dias de Novais, cordonniers, tailleurs, comprenant les maçons, les pirates, taipeiros, un physicien et un barbier, ont eu des difficultés à s'adapter aux rigueurs de la météo et de l'absence de conditions pour la fixation. Cependant, la ville s'est développée à la "Cidade Alta", la poursuite de la colline de São Paulo, où il a construit des installations pour le civil et religieux. Les soldats et les marchands d'esclaves vivaient dans la "Ville basse", dans la zone actuelle de ‘‘Coqueiros’’.
En 1580 deux missionnaires jésuites sont arrivés à Luanda, deux missionnaires jésuites en 1584 et deux autres en 1593, soit quatre de plus. Malgré les difficultés naturelles, les premières tentatives d'évangélisation ont donné des résultats appréciables, au point où, en 1590, il a été dit qu'il ya là environ vingt mille chrétiens.

Le 1er août 1594, un nouveau gouverneur, João de Mendonça Furtado est arrivé à Luanda, en remplacement de  D. Francisco de Almeida et son frère D. Jerónimo. Il était accompagné par douze jeunes filles orphelines, éduquées à Lisbonne dans la collecte soutenue par la Miséricorde. La plupart des auteurs voient ces filles les premières femmes blanches qui sont venues à Luanda. Elles se sont mariées aux colons installés ici.

Pendant ce temps, l'économie de la ville a été fondée uniquement sur la traite des esclaves, en fournissant d'énormes profits et un niveau de vie élevé. Cette abondance se reflète dans de nombreux aspects de la vie en ville, par exemple, les parties réalisées en 1620 pour célébrer la béatification de saint François Xavier. Le coût de la comédie pastorale représentée et feu d'artifice d'incendie qui a brûlé, a atteint la somme de 3000 en somme, un montant considéré comme scandaleux à l'époque.

Cependant, tous n'étaient pas des dépenses somptuaires en ce moment. En 1605, avec l'augmentation de la population européenne et le nombre de bâtiments qui s'étendaient comme St. Michael le parvis de l'actuel Hôpital Josina Machel, la petite ville de São Paulo de Luanda a reçu une charte de ville, étant constitué le premier conseil municipal. A cette époque, ils ont augmenté dans la partie supérieure, les églises de Misercorde en 1576, la cathédrale épiscopale en 1583, où fonctionne actuellement la Maison Militaire de la Présidence, ainsi que l'église des Jésuites, en 1593, le couvent Saint-Joseph en 1604, où se trouve aujourd'hui l'hôpital, le palais du gouverneur en 1607, et la mairie en 1623, où plus tard fonctionnait, la Cour d'appel de Luanda.
Luanda est devenue de 1627 le centre administratif de la région - qui a commencé à s’appeler Angola, mais dont la taille a été très limitée. La forteresse de São Pedro da Barra a été construite en 1618 pour la défendre, et la Fortaleza de São Miguel de Luanda en 1634. Toutefois, cela n'a pas empêché sa conquête par les Hollandais et le domaine de l'Occident Compagnie hollandaise des Indes, entre 1641 et 1648. Luanda est la plus grande et la plus peuplée ville de l'Angola. Initialement conçu pour une population d'environ 500.000 habitants dans, est maintenant une ville surpeuplée. Selon des études récentes, plus de 5 millions d'habitants vivent actuellement à Luanda.

 

Superficie

La capitale du pays (Luanda) est la plus petite province de l'Angola, avec une superficie de 24.651 kilomètres carrés.

 

Distance entre les autres villes

 

Division administrative

La province de Luanda, qui a incorporé les municipalités de Quiçama et Icolo et Bengo, a les municipalités de Luanda, dont le siège est à Luanda, Cacuaco, dont le siège est à Cacuaco, Belas, dont le siège est à Kilamba; Viana, basée dans la ville de Viana, Cazenga, basée dans la commune de Tala Hadi, le Icolo et Bengo, dont le siège est dans la petite ville de Catete, et Quiçama, basé dans la petite ville de Muxima.

Municipalités Districts Urbains
Luanda Ingombotas
Maianga
Kilamba-Kiaxi
Rangel
Samba
Sambizanga
Belas Talatona
Kilamba
Benfica
Barra do Cuanza
Mussulo
Cazenga Sofene
Tala Hady
Cazenga
Hoji Ya Henda
11 de Novembro
Cacuaco Cacuaco
Kicolo
Funda
Viana Viana
Mbaia
Zango
Calumbo
Icolo e Bengo Catete
Cabiri
Bom Jesus
Cassoneca
Caculo Cahango
Quiçama Muxima
Demba-Chio
Mumbondo
Quixinge
Cabu Ledo

 

Climat

La province est semi-aride climat tropical chaud et sec. La température annuelle moyenne de la province se situe entre 25 ° C et 26 ° C, avec un maximum de 27 ° C, ce qui coïncide avec la saison des pluies. Juillet et Août sont les mois les plus froids, en particulier sur la côte, où la température descend légèrement en dessous de 25 ° C. Le climat est influencé par la proximité de la mer - Courant de Benguela - et, bien que n'étant pas trop chaud, c'est humide.
Dans les zones non-urbaines, la végétation la plus courante est l'herbe et quelques arbres, en particulier le baobab (Adansonia digitata).

 

Densité de la population

Sa population est estimée à 5 millions d'habitants. Luanda est la capitale de l'Angola.

 

Liaisons

La province de Luanda est liée au nord par la province de Bengo, au sud avec la province de Bengo, à l’est par la province de Bengo, et enfin à l'ouest de l'océan Atlantique. Distance en km de Luanda à Cabinda 480; à Benguela 692; à Ondjiva 1.424.

 

Ressources naturelles

La province est riche en pétrole, le soufre, le sel gemme, le calcaire et les substances bitumineuses.