ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

20.08.2019 - mar. : 14'55 - Mise à jour 20.08.2019 - mar. : 14'55

Cameroun : perpétuité pour le chef des séparatistes anglophones

Un des leaders des séparatistes de la minorité anglophone du Cameroun, Julius Ayuk Tabes, a été condamné mardi à la perpétuité pour “terrorisme” et “sécession”, un verdict qui risque d’envenimer un conflit déjà meurtrier dans l’ouest du pays, lit-on sur Africanews.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Julius Ayuk Tabe, 54 ans, qui s‘était autoproclamé en 2017 “président” de l’“Ambazonie”, l’Etat que les séparatistes de la minorité anglophone veulent fonder, a été condamné à la perpétuité avec 9 autres de ses partisans par un tribunal militaire de Yaoundé, ont annoncé à l’AFP les avocats de l’Etat et de la Défense.

En 2016, une partie des habitants des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ont commencé à manifester pour demander davantage de reconnaissance de l’Etat central. Face au refus des autorités et la répression, une partie des séparatistes a pris les armes en 2017 et les affrontements avec les forces de sécurité ont fait, depuis, plus de 2.000 morts selon Human Rights Watch (HRW).

M. Ayuk Tabe, est considéré comme une figure de la contestatation séparatiste et milite depuis plusieurs années pour que les deux régions anglophones du Cameroun se séparent de la partie francophone du pays. Il s’est récemment dit ouvert au dialogue avec le gouvernement, sous conditions, plutôt que par les armes, ce qui lui vaut d‘être contesté en tant que leader de cette cause par la branche radicale armée. 

En janvier 2018, M. Ayuk Tabe avait été interpellé avec 46 autres indépendantistes à Abuja par les services de renseignement nigérians. Ils avaient ensuite été transférés à Yaoundé. Une extradition jugée illégale par la justice nigériane en mars 2019.

Balises Camarões  

Lire aussi
  • 10/08/2019 16:00:07

    Cameroun : 41 manifestants condamnés à six mois de prison

    Quarante-et-un militants de l’opposition camerounaise ont été condamnés jeudi à Douala (sud) à six mois de prison ferme pour avoir participé à des manifestations contestant le résultat de l‘élection présidentielle d’octobre dernier, ont déclaré vendredi des avocats de leur parti, le MRC, lit-on sur Africanews.

  • 29/07/2019 17:24:11

    CAN 2021 : le Cameroun "serein" face à un éventuel plan B de la CAF

    Le Cameroun réitère son engagement pour l’organisation de la CAN 2021 en dépit d’un plan B envisagé par la CAF, lit-on sur Africanews.

  • 26/07/2019 11:45:46

    Cameroun : après Yaoundé, 45 blessés dans une mutinerie à la prison de Buea

    Quarante-cinq personnes, dont 43 détenus, ont été blessées mardi au cours d’une mutinerie à la prison principale de Buea, chef-lieu du sud-ouest du Cameroun, l’une des deux régions anglophones où armée et séparatistes s’affrontent depuis près de trois ans, a annoncé jeudi le gouvernement, lit-on sur Africanews.