ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Environnement

19.06.2020 - ven. : 12'16 - Mise à jour 19.06.2020 - ven. : 11'01

L'Environnement lance un projet de lutte contre le commerce illégal

Luanda - Le ministère de la Culture, du Tourisme et de l'Environnement a lancé jeudi, un projet de lutte contre le commerce illégal d'espèces sauvages et le conflit humain et animal en Angola.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Antilope noire géante (archives)

Photo: Angop

S'adressant à la presse, le directeur de l'Institut national de la biodiversité et des zones de conservation, Aristofanes da Cunha, a déclaré que le projet avait pour but de lutter contre le commerce illégal, le braconnage de la faune en Angola, ainsi que le conflit homme- animal.

Selon le responsable, deux zones de conservation et une réserve d'espèces endémiques ont été sélectionnées, mettant en exergue l’antilope noire géante trouvée dans la réserve intégrale de Luando, le perroquet gris, le chimpanzé, le gorille et les éléphants qui se trouvent dans le parc national de Maiombe.

Il a indiqué qu'il existe une série d'activités contribuant à la réduction de cette pratique nuisible à la biodiversité et a appelé à la nécessité d'ajouter d'autres partenaires afin de poursuivre les actions que le projet envisage.

Il a demandé le soutien de la communauté pour mener à bien le projet et l'a souligné comme un élément essentiel pour gérer les ressources existantes dans cette conservation.

À son tour, le représentant du PNUD, Goetz Sehrote, a affirmé qu'il soutiendra le projet avec quatre millions de dollars, un montant qui sera utilisé sur une période de six ans.

"L'argent provient du fonds mondial pour l'environnement, créé en 1992, en vue de respecter les obligations internationales à travers lesquelles les pays soutiennent la biodiversité", a-t-il expliqué.

Pour le chef de la coopération opérationnelle d’unités des crimes environnementaux, António Lopez, a dit que le crime dans lequel il intervient le plus est le braconnage et couvre l'ensemble des espèces sauvages.

Il a rappelé que la loi prévoit l'arrestation de tous les braconniers, déplorant le fait beaucoup de ces individus continuent en liberté.

Lire aussi