ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Science et la Technologie

23.04.2018 - lun. : 17'46 - Mise à jour 23.04.2018 - lun. : 17'46

Signature d'un accord pour la construction de l'Angosat-2

Luanda - L'Angola et la Fédération de Russie ont signé lundi à Luanda, un protocole complémentaire au contrat de fabrication de l'Angosat-1, basé sur la construction d'un nouveau satellite géostationnaire pour le pays d'ici 2020.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Acte de signature du Protocole pour la construction de l'Angosat-2

Photo: Gaspar dos Santos

Représentants de l'Angola et de la Russie signent d'un accord de construction de l'Angosat-2

Photo: Gaspar dos Santos

L'accord a été signé par le secrétaire d'État aux Télécommunications, Mário de Oliveira, et le chef de la délégation russe pour la question du contrat, Mikhail Bjchkov avant la conférence de presse convoquée pour donner l'état de situation de l’Angosat-1.

C'est une compensation imposée par le contrat de l’Angosat-1 qui, bien qu'étant en orbite, ne présente pas les paramètres pour lesquels il a été contracté.

La compensation est attribuée gratuitement à l'Angola de 216 mégahertz dans la bande C et de 216 mégahertz dans la bande Ku tandis que l'Angosat-2 est en construction pour soutenir tous les services nécessaires.

Avec cette mesure, l'Angola pourrait bénéficier de tous les services fournis par son premier satellite géostationnaire, avec normalité, malgré les contraintes de l'Angosat-1.

A la lumière de ce protocole supplémentaire, les techniciens russes vont commencer la construction de l'Angosat-2 mardi prochain (24), qui sera dans la position des bandes C et Ku.

Selon le ministre des Télécommunications et Technologies de l'information, José Carvalho da Rocha, l’Angosat-2 aura de meilleures spécificités et sera mieux adapté aux besoins technologiques actuels.

Pour éviter les mêmes contraintes techniques enregistrées avec l’Angosat-1 (pertes de communication), le gouvernant a dit qu'ils donneraient une plus grande capacité au nouveau satellite, puisque l'Angola a maintenant besoin de plus de services d’Internet et de données.

La construction du nouveau satellite ne coûtera pas à l'Etat angolais, puisque le premier contrat de plus de 300 millions de dollars, paraphé par les parties, met en garde les intérêts de l'Angola en cas de disparition ou de destruction du satellite.

José Carvalho da Rocha a expliqué que des 300 millions 252 dollars ont été consacrés à la construction du véhicule qui a conduit l'Angosat-1 au lancement.

Autres 120 millions de dollars correspondent au satellite, 50 millions USD ont permis de construire ensemble du segment terrestre et le centre de commandement de satellite, tandis que l'autre 25 millions $ étaient pour la location de la position orbitale où le satellite sera pendant 18 ans.

Il a souligné que l'Angosat-2 aurait plus de capacité dans la bande Ku par rapport à la bande C, pour pouvoir soutenir l’Internet. Dans les 30 mois, il pourrait être libéré dans l'espace.

L’Angosat1 avait été lancé en orbite la nuit du 26 décembre 2017, à travers la fusée-cargo ukrainienne Zenit, depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. L'entrée dans les opérations commerciales devrait commencer ce mois-ci (avril).

Construit en 2012, à la suite d'un accord signé entre l'Angola et la Russie en 2009, il a coûté 360 millions de dollars aux caisses de l'Etat angolais.

Le satellite dispose d'une assurance de 120 millions de dollars, qui prévoit son remplacement, à coût nul, en cas d’éventuelle destruction ou disparition.

Sa couverturedu signal de réception en bande C a été conçue pour couvrir tout le continent africain et une partie de l'Europe.

Le satellite angolais avait un centre primaire de contrôle et de mission en Angola, dans la commune de Funda, dans le nord de la province de Luanda, et un satellite secondaire en Russie, à Korolev.

L’Angosat-1 a été construit en cinq ans (à partir de 2012) à la suite d'un accord paraphé en 2009 entre les Gouvernements de la République d'Angola et de la Fédération de Russie.

Ces derniers jours, des informations diffusées sur les réseaux sociaux et des textes publiés par certains médias rapportent une disparition alléguée de l'Angosat-1 et, dans d'autres cas, une éventuelle perte totale de sa capacité à envoyer des signaux au centre de contrôle.

Lundi, Igor Frolov, responsable de la construction du satellite, par la société russe RSC Energia, a signalé plusieurs failles de communication avec la station au sol depuis son lancement le 26 décembre 2017.

Les raisons de ces failles de communication, a-t-il expliqué, n'ont pas encore été déterminées avec précision, de sorte que les techniciens continueront à 0surveiller l’Angosat1 jusqu’au 15 mai.

À cet effet, une commission d'experts des deux pays a été créée pour enquêter sur la source du problème des communications du satellite, construit en Russie.

Lire aussi