ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Education

13.11.2019 - mer. : 14'06 - Mise à jour 13.11.2019 - mer. : 14'06

L'UCAN fête ses 20 ans avec un hommage à France Van-Dúnem

Luanda - L'Université catholique d'Angola (UCAN) a rendu mercredi hommage au professeur França Va-Dúnem, cofondateur de cette institution, pour sa contribution à la formation du personnel juridique angolais.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Professeur d'université França Van-Dúnem.

Photo: Nelson Malamba

Cet hommage fait partie des célébrations des 20 ans de l’UCAN, marquées par des journées scientifiques de la Faculté de droit, sous le slogan "Présent et avenir des juridictions internationales, civiles, administratives et fiscales en Angola".

Des témoignages et des déclarations ont été donnés sur la vie et l’œuvre de France Van-Dúnem, qui a finalement remercié l'Université catholique pour son acte et a répété qu'elle continuerait à transmettre ses connaissances aux jeunes.

Selon le père Jerónimo Cahinga, vice-recteur à la recherche et à l’extension de l'UCAN, le protagoniste de ces journées est le professeur França Van-Dúnem et une continuation de ce qui avait été fait il y a quelques mois lors de la célébration du 50e anniversaire de sa thèse de doctorat.

"Il a été le premier Africain à défendre une thèse en Belgique et nous célébrons donc sa prestation à l’UCAN en tant que cofondateur, tout en étant une référence mondiale dans l'étude du droit", a-t-il indiqué.

Il a souligné que 20 ans plus tard, l’Université catholique avait grandi, avait une personnalité et un chemin à parcourir, car la qualité de son enseignement avait donné des résultats, à en juger par les différentes personnalités qui composent le gouvernement qui sont par l’UCAN.

Il a précisé qu’ils pourraient mettre en place d’autres masters en sciences de la santé et organiser un autre en sciences politiques et juridiques et en technologies de l’information dans un délai d’un an.

Les journées scientifiques se déroulent jusqu'à jeudi et ont pour objectif de discuter du présent et de l'avenir de la juridiction dans le contexte des grands défis pour lesquels l'Angola est également concerné comme les droits de l'homme.

Des conférenciers nationaux et étrangers venus du Portugal participeront à la réunion et débattront de sujets tels que les défis actuels du droit international public, le recrutement et la formation des juges et des procureurs, entre autres.

L’Université catholique d’Angola est une institution privée, la première du pays, ouverte par la Conférence épiscopale d’Angola et de Sao Tomé (CEAST) le 22 février 1999.

En 2017, Webometrics Ranking a classé l'université parmi les meilleures universités du pays.

Lire aussi
  • 01/11/2019 18:36:47

    Un Institut Supérieur Polytechnique ouvre ses portes à Toco en 2020

    Lubango (Angola) - Un Institut Supérieur Polytechnique Catholique, capable d'accueillir 600 étudiants, ouvrira ses portes en 2020 à Toco, localité située à 35 kilomètres de Lubango, principale ville de la province de Huila (sud).

  • 24/10/2019 15:27:49

    Russie: L'Angola veut de nouveaux partenariats dans l'éducation

    Sotchi (Des envoyés spéciaux) - Le gouvernement angolais a exprimé mercredi à Sotchi, l'intérêt de renforcer le partenariat avec la Russie dans le domaine de l'enseignement supérieur, par le biais de la formation de personnel spécialisé en enseignement polytechnique.

  • 08/10/2019 13:35:06

    Un secrétaire d'État estime irréversible l'élection des gestionnaires

    Huambo - Le secrétaire d'État à la Science, technologie et innovation, Domingos da Silva Neto, a estimé lundi à Huambo, que la mise en oeuvre du processus d'élection de futurs gestionnaires des institutions de l'enseignement supérieur public, y compris les rectorats des universités, était irréversible pour plus d'efficacité de leur fonctionnement.