ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

19.11.2019 - mar. : 16'02 - Mise à jour 19.11.2019 - mar. : 16'02

Israël remercie la Maison Blanche pour ne plus juger illégales ses colonies de peuplement en Cisjordanie

JERUSALEM (Xinhua) -- Israël a remercié lundi l'administration Trump pour sa nouvelle position qui ne considère plus les colonies de peuplement juives en Cisjordanie comme "contraires" au droit international.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

"Israël témoigne sincèrement de sa gratitude au président (Donald) Trump, au secrétaire d'Etat (Mike) Pompeo et à la totalité de l'administration américaine pour leur position ferme soutenant la vérité et la justice", a indiqué un communiqué publié par le bureau du Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou.

Tout en appelant les autres pays à adopter une position similaire pour faciliter la paix au Moyen-Orient, l'Etat hébreu se dit "prêt et disposé à mener des négociations de paix avec les Palestiniens sur toutes les questions liées au statut final en vue de parvenir à une paix durable".

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait annoncé un peu plus tôt lors d'une conférence de presse cette nouvelle décision qui renverse la position observée par les Etats-Unis ces quatre dernières décennies.

Il a toutefois fait savoir que cette annonce ne devait pas être considérée comme "un jugement à l'avance sur le statut final de la Cisjordanie de la part du gouvernement américain". Pour lui, "c'est aux Israéliens et aux Palestiniens de négocier".

Ayman Odeh, chef de Liste unie, une coalition de partis arabes israéliens, a réagi en estimant qu'"aucun ministre des Affaires étrangères ne saurait changer le fait que ces colonies ont été construites sur des terres occupées et sur lesquelles un Etat palestinien indépendant sera établi aux côtés de l'Etat d'Israël".

Un autre responsable de cette coalition, Ahmad Tibi, a estimé que Donald "Trump, en plein dans une procédure de destitution, tente de relancer son ami (...), lequel est près d'être inculpé, avec une déclaration bizarre sur la légalité des colonies, ce qui est une grave violation du droit international".

Cette décision américaine est la dernière en date de l'administration Trump en faveur d'Israël, après sa reconnaissance largement critiquée de Jérusalem comme capitale d'Israël en 2017, le déménagement de l'ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv vers Jérusalem en 2018 et la reconnaissance de la "souveraineté" israélienne sur le plateau contesté du Golan en mars 2019.

Ce changement de politique est également considéré comme un cadeau politique pour M. Nétanyahou, qui se bat pour sa survie politique après avoir échoué à former un gouvernement de coalition après deux élections cette année et qui doit répondre à plusieurs enquêtes judiciaires.

La dernière série de pourparlers israélo-palestiniens s'est écroulée en 2014, principalement à cause de l'expansion continue des colonies juives en Cisjordanie.

Le coordinnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nikolaï Mladenov, a rappelé le mois dernier que ces colonies dans les territoires occupés étaient illégales au regard du droit international et qu'elles demeuraient un obstacle important pour la paix.

Selon les dernières données palestiniennes, environ 400.000 colons israéliens vivent dans 135 colonies et 100 avant-postes illégaux en Cisjordanie, où vivent 2,6 millions de Palestiniens.

Balises Internationale  

Lire aussi