ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Politique

14.08.2020 - ven. : 15'41 - Mise à jour 14.08.2020 - ven. : 15'41

Filomeno dos Santos condamné à cinq ans de prison

Luanda - Après huit mois de procès, l'ancien président du conseil d'administration du Fonds souverain d'Angola, José Filomeno dos Santos, dit Zenu, a été condamné vendredi à une peine de cinq ans de prison par la Cour suprême.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

José Filomeno dos Santos (Zenu), ancien président du Fonds Souverain d'Angola

Photo: Cedida

Le fils de l'ancien Président de la République, José Eduardo dos Santos, était l'un des noms les plus retentissants de la célèbre "affaire 500 millions", qui a impliqué également l'ancien gouverneur de la Banque nationale d'Angola, Valter Filipe, condamné à huit ans de prison.

Le tribunal a également condamné António Bule à cinq ans de prison et George Gaudens à six ans. Cependant, les avocats de la défense ont déjà fait appel des peines, avec effet suspensif.

L'affaire remonte à août 2017, lorsque les accusés ont commencé à créer le schéma de transfert illégal de 500 millions de dollars de la BNA vers un compte bancaire en Angleterre.

L'affirmation des condamnés était que le montant servirait de garantie pour le financement de projets stratégiques, évalués à 35 milliards de dollars, qui seraient mobilisés auprès d'un syndicat de banques sur le marché international.

En conséquence, deux accords ont été signés entre la BNA et Mais Financial Services pour mettre en place l'opération de financement.

Le transfert a été effectué en août 2017, sur un compte PerfectBit, «contracté par les promoteurs de l'opération», à des fins de conservation des fonds à structurer ».

Le «cas de 500 millions» a commencé à être jugé le 9 décembre 2019, après avoir été interrompu en raison de la pandémie du Covid-19, après le mois de mars.

L'un des temps forts du procès a été la présentation d'une lettre de l'ancien président de la République, José Eduardo dos Santos, reçue en février dernier, confirmant l'autorisation du transfert à Valter Filipe da Silva.

Cependant, le procureur a demandé au tribunal de ne pas considérer la lettre, en vertu de l'intérêt public» de l'affaire en jugement.

José Filomeno dos Santos a été nommé, en 2012, au conseil d'administration de Fonds souverain d’Angola, dont il est devenu président en 2013.

En 2015, il a été reconduit dans l'administration du Fonds souverain d'Angola et limogé en janvier 2018 par le Président de la République, João Lourenço.

Balises Angola   Angop   Justice   Tribunal Supremo  

Lire aussi
  • 13/08/2020 20:49:24

    ERCA défend la création des départements d'analyse de contenus

    Luanda - Le président du conseil d'administration de l'Entité de Régulation de la Communication Sociale (ERCA) a sollicité jeudi, la création des départements d'analyse de contenus et de supervision, considérant cette hypothèse comme une «clé» pour le bon fonctionnement de l'organe.

  • 13/08/2020 19:43:50

    Le président de la Cour suprême souligne l'investissement dans le système judiciaire

    Luanda - Le président de la Cour suprême, Joel Leonardo, a souligné ce jeudi l'investissement réalisé par l'État angolais pour augmenter le nombre de juges et de magistrats dans le pays.

  • 13/08/2020 09:37:21

    La Police définit de nouvelles tâches pour l'unité opérationnelle de Huíla

    Lubango - Dans le cadre du processus de restructuration de la Police nationale, l'unité opérationnelle de Huíla, désormais dotée de capacités techniques et de nouveaux moyens, commence à intervenir dans des actions de lutte contre la criminalité, de maintien de l'ordre public et de tranquillité, a-t-il déclaré à Lubango, province de Huíla, son commandant général, le commissaire en chef, Paulo de Almeida.