ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Société

04.06.2020 - jeu. : 19'48 - Mise à jour 04.06.2020 - jeu. : 19'48

Réaction des citoyens après l'annonce de la fermeture de la brasserie Eka

Dondo - Depuis l'annonce, en mai dernier, de la fermeture en juin 2020, de la brasserie Eka, située à Dondo, dans la province angolaise de Cuanza Norte, quelques hommes politiques se disent défavorables à cette mesure.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Kwanza - Norte: Brasserie d'EKA de Dondo

Photo: Diniz Simão

Selon Marc Mayer, directeur-général de l’entreprise Eka, la décision de fermer la brasserie pourrait mettre à la porte 160 travailleurs sur un total de 197 en poste dans cette industrie.

L’arrêt d’activité de cette entreprise, installée à Dondo depuis 1972, signifie une régression pour la région, a déclaré à l’ANGOP le secrétaire du parti Front  national de libération de l’Angola (FNLA, opposition).

Considérée dans les années (19)80 comme quatrième parc industriel du pays, l’industrie Eka, implantée à Dondo, deuxième ville de la province (derrière Ndalatando, chef-lieu de Cuanza Norte), est devenue un symbole, une marque tout au long de son existence, ajouté   Fernando Caculo, soulignant que c’est une perte incalculable.

Selon lui, la brasserie Eka ferme ses portes juste au moment où la population locale attendait, avec expectative, la réouverture  de la Satec, industrie textile de la région, qui a fait faillite, dans les années (19) 90 au même moment que deux autres entreprises locales : Vignelo et Pré-Bloco.

Pour sa part, Péricles Dias, secrétaire de l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA), a déclaré que la cessation d’activités de la fabrique pourrait renvoyer au chômage des centaines d’ouvriers et aggraver ainsi les conditions de vie  de leurs familles.

« A part la situation difficile que vivent déjà les familles, la fermeture de la brasserie Eka augmentera le taux de la délinquance et de la prostitution », a ajouté le dirigeant de l’UNITA, principal parti de l’opposition.

Bien que reconnaissant le moment difficile que traverse l’économie nationale, ce dirigeant a appelé le gouvernement angolais à trouver une solution au problème, afin de sauver l’entreprise, soit par  l’injection des capitaux nouveaux.

Ne concordant pas non plus à la fermeture de la fabrique de bière Eka, António dos Santos, secrétaire municipal du Mouvement populaire de libération de l’Angola a exhorté la direction du groupe Castel à la pondération.

Que Castel-Angola, qui détient la gestion de la fabrique travaille de façon à sauver l’emploi des centaines des jeunes qui constituent la majeur force de travail de la brasserie Eka, a ajouté le dirigeant du MPLA, parti au pouvoir.

Selon Antonio dos Santos, en dépit de l’actuel contexte économique mondial, la décision de fermer l’entreprise Eka est contraire à la promesse faite au peuple par le MPLA, lors des dernières élections générales de 2017, celle de créer au moins 500.000 postes d’emploi nouveaux, au profit notamment des jeunes angolais en chômage, a-t-il affirmé.

Au bout de 48 années de fonctionnement ininterrompu, la brasserie Eka a cessé définitivement de tourner depuis le 1er juin 2020,  se limitant à peine à commercialiser d’autres produits du groupe « Castel-Angola ».

Lire aussi