Afrique du Sud: la commission anticorruption réclame deux ans de prison pour Zuma

  • L'ancien président sud-africain, Jacob Zuma
La commission chargée d'enquêter sur la corruption d'Etat généralisée lorsque Jacob Zuma était au pouvoir a réclamé lundi deux ans de prison à l'encontre de l'ex-président sud-africain, pour son refus de témoigner, lit-on sur la rtbf.be.

Depuis la création de la commission en 2018, M. Zuma, déjà mis en cause par une quarantaine de témoignages, multiplie les manœuvres pour éviter d'avoir à s'expliquer.

Lundi 15 février, l'ancien président sud-africain avait une énième fois snobé la commission anticorruption devant laquelle il était convoqué toute la semaine. Mais cette fois-ci, il avait en même temps fait fi d'une décision rendue en janvier par la Cour constitutionnelle, l'obligeant à comparaître et le privant du droit à garder le silence.

La commission demande désormais à la juridiction suprême qu'elle tranche si ce dernier affront de M. Zuma constitue un "outrage à la justice" et, le cas échéant, qu'il soit envoyé derrière des barreaux.

Depuis la création de la commission en 2018, M. Zuma, déjà mis en cause par une quarantaine de témoignages, multiplie les manœuvres pour éviter d'avoir à s'expliquer.

Lundi 15 février, l'ancien président sud-africain avait une énième fois snobé la commission anticorruption devant laquelle il était convoqué toute la semaine. Mais cette fois-ci, il avait en même temps fait fi d'une décision rendue en janvier par la Cour constitutionnelle, l'obligeant à comparaître et le privant du droit à garder le silence.

La commission demande désormais à la juridiction suprême qu'elle tranche si ce dernier affront de M. Zuma constitue un "outrage à la justice" et, le cas échéant, qu'il soit envoyé derrière des barreaux.