La France annonce la mort du chef de l'Etat islamique au Sahel

  • Le Président angolais, Emmanuel Macron
Paris - Le chef du groupe terroriste État islamique dans la région africaine du Sahel, Al Sahraoui, a été tué en août dernier, a rapporté le gouvernement français.

Le chef djihadiste aurait été tué lors d'une opération militaire française, selon le président français Emmanuel Macron, qui a annoncé la nouvelle jeudi sur son compte Twitter et a déclaré que l'assassinat "est un nouveau succès dans la lutte contre les groupes terroristes au Sahel".

Le groupe auquel appartenait Adnan Abou Walid al Sahraoui est responsable des plus gros attentats au Mali, au Niger et au Burkina Faso, en Afrique. Le groupe extrémiste est responsable de la mort de deux mille à trois mille civils depuis 2013.

La ministre française de la Défense, Florence Parly, a déclaré que la mort d'Adnan Abou Walid al Sahraoui représente "un coup décisif pour le leadership de l'Etat islamique au Sahel, mais aussi pour sa cohésion".

Selon Parly, l'offensive française a eu lieu à la "mi-août", après une "longue manœuvre de renseignement". Le chef terroriste conduisait une moto et a été touché par un drone dans le sud d'Indekimane, au Mali, dans la zone des trois frontières.

Le leader avait une cinquantaine d'années et était l'un des fondateurs du groupe terroriste Movement pour l'unité du Jihad en Afrique de l'Ouest.

Le 9 août 2020, le groupe terroriste a tué six ouvriers français et deux citoyens nigérians dans la réserve naturelle de Kouré. Le gouvernement français a promis de poursuivre les responsables.

Entre juin et juillet de cette année, avec l'armée nigériane, l'opération française Barkhane a frappé l'État islamique du Grand Sahara (EIGS) dans la zone des trois frontières, tuant au moins deux lieutenants importants. Cependant, Adnan Abou Walid al Sahraoui était toujours une cible majeure des forces militaires. Les rapports ont souligné que le leader se déplaçait avec une grande facilité entre les frontières des pays où se trouvaient ses bases, Ménaka, au Mali et au nord de la région de Tillabéri, au Niger.

Le chef djihadiste aurait été tué lors d'une opération militaire française, selon le président français Emmanuel Macron, qui a annoncé la nouvelle jeudi sur son compte Twitter et a déclaré que l'assassinat "est un nouveau succès dans la lutte contre les groupes terroristes au Sahel".

Le groupe auquel appartenait Adnan Abou Walid al Sahraoui est responsable des plus gros attentats au Mali, au Niger et au Burkina Faso, en Afrique. Le groupe extrémiste est responsable de la mort de deux mille à trois mille civils depuis 2013.

La ministre française de la Défense, Florence Parly, a déclaré que la mort d'Adnan Abou Walid al Sahraoui représente "un coup décisif pour le leadership de l'Etat islamique au Sahel, mais aussi pour sa cohésion".

Selon Parly, l'offensive française a eu lieu à la "mi-août", après une "longue manœuvre de renseignement". Le chef terroriste conduisait une moto et a été touché par un drone dans le sud d'Indekimane, au Mali, dans la zone des trois frontières.

Le leader avait une cinquantaine d'années et était l'un des fondateurs du groupe terroriste Movement pour l'unité du Jihad en Afrique de l'Ouest.

Le 9 août 2020, le groupe terroriste a tué six ouvriers français et deux citoyens nigérians dans la réserve naturelle de Kouré. Le gouvernement français a promis de poursuivre les responsables.

Entre juin et juillet de cette année, avec l'armée nigériane, l'opération française Barkhane a frappé l'État islamique du Grand Sahara (EIGS) dans la zone des trois frontières, tuant au moins deux lieutenants importants. Cependant, Adnan Abou Walid al Sahraoui était toujours une cible majeure des forces militaires. Les rapports ont souligné que le leader se déplaçait avec une grande facilité entre les frontières des pays où se trouvaient ses bases, Ménaka, au Mali et au nord de la région de Tillabéri, au Niger.