José Maria Neves élu Président du Cap-Vert

  • Drapeau du Cap-Vert
Praia - L'ancien Premier ministre cap-verdien, José Maria Neves, a été élu dimanche, au premier tour, le cinquième Président de la République du Cap-Vert, avec 51,5% des voix, selon les données provisoires.

Selon les données mises à jour à 21 heures locales par la Direction générale d'appui au processus électoral (DGAPE) et par la Commission nationale électorale (CNE), José Maria Neves totalisait 93 149 voix (97 % de bureaux de vote), tandis que le principal opposant, Carlos Veiga, également ancien Premier ministre (1991 à 2000), il a de nouveau échoué aux élections pour la troisième fois (2001 et 2006), garantissant 77 018 voix, soit 42,6 %.

Dans un communiqué à 21h10 heure locale, Carlos Veiga a reconnu le résultat et a indiqué qu'il avait déjà félicité José Maria Neves par téléphone "pour l'élection à la tête du pays".

"Le peuple a parlé et la démocratie a triomphé", a déclaré Carlos Veiga, qui dans cette candidature avait le soutien du Mouvement pour la démocratie (MpD, au pouvoir) et de l'Union capverdienne indépendante et démocratique (UCID).

Actuellement professeur d'université, José Maria Neves, 61 ans, a été soutenu dans cette candidature par le Parti de l'indépendance africaine du Cap-Vert (PAICV, opposition), qu'il a dirigé et pour lequel il a été Premier ministre capverdien de 2001 à 2016.

José Maria Neves a déjà été chef de parti - président du PAICV et militant depuis près de 40 ans-, député national, maire (Santa Catarina) et ministre.

Lors de ces septièmes élections présidentielles, le candidat Casimiro de Pina a recueilli jusqu'à présent 3 254 voix (1,8 %), Fernando Rocha Delgado 2 509 voix (1,4 %), Hélio Sanches 2 102 voix (1,2 %), Gilson Alves 1 546 voix (0,9 %) et Joaquim Monteiro 1 365 voix (0,8%).

186 991 électeurs ont voté (avec 97,1% des sondages dépouillés), ce qui correspond à son tour à un taux d'abstention de 51,7%.

C'était la première fois que le Cap-Vert enregistrait sept candidats à la présidence de la République lors d'élections directes, contre quatre jusqu'à présent, en 2001 et 2011.

Ces élections clôturent le cycle électoral entamé le 25 octobre 2020, avec les élections locales, qui s'est poursuivi le 18 avril, avec les législatives, toujours avec l'application de mesures de protection sanitaire, comme le port du masque et la désinfection obligatoire à l'entrée aux bureaux de vote, en raison de la pandémie de covid-19.

342 777 électeurs étaient inscrits pour voter dans les 22 circonscriptions du pays, tandis que les 16 circonscriptions/pays à l'étranger comptaient 56 087 électeurs inscrits, totalisant ainsi 398 864 Cap-Verdiens en état de voter.

Jorge Carlos Fonseca, qui exerce son deuxième et dernier mandat à la Présidence de la République, ne pouvait participer à ces élections.

Les élections présidentielles du Cap-Vert ont été suivies dans tout le pays par 104 observateurs internationaux, dont 30 de l'Union africaine, dans une mission dirigée par le diplomate et ancien ministre angolais Ismael Gaspar Martins, 71 de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et trois de l'ambassade des États-Unis d'Amérique à Praia.

Le Cap-Vert a eu quatre présidents de la République depuis son indépendance du Portugal en 1975, le premier étant feu Aristides Pereira (1975 - 1991) par élection indirecte, suivi de feu António Mascarenhas Monteiro (1991 - 2001), le premier par élection directe, en 2001, Pedro Pires a été élu et 10 ans plus tard Jorge Carlos Fonseca.

Les précédentes élections présidentielles au Cap-Vert, qui ont reconduit le constitutionnaliste Jorge Carlos Fonseca à la présidence de la République, ont eu lieu le 2 octobre 2016 (élection au premier tour, avec 74% des voix).

Selon les données mises à jour à 21 heures locales par la Direction générale d'appui au processus électoral (DGAPE) et par la Commission nationale électorale (CNE), José Maria Neves totalisait 93 149 voix (97 % de bureaux de vote), tandis que le principal opposant, Carlos Veiga, également ancien Premier ministre (1991 à 2000), il a de nouveau échoué aux élections pour la troisième fois (2001 et 2006), garantissant 77 018 voix, soit 42,6 %.

Dans un communiqué à 21h10 heure locale, Carlos Veiga a reconnu le résultat et a indiqué qu'il avait déjà félicité José Maria Neves par téléphone "pour l'élection à la tête du pays".

"Le peuple a parlé et la démocratie a triomphé", a déclaré Carlos Veiga, qui dans cette candidature avait le soutien du Mouvement pour la démocratie (MpD, au pouvoir) et de l'Union capverdienne indépendante et démocratique (UCID).

Actuellement professeur d'université, José Maria Neves, 61 ans, a été soutenu dans cette candidature par le Parti de l'indépendance africaine du Cap-Vert (PAICV, opposition), qu'il a dirigé et pour lequel il a été Premier ministre capverdien de 2001 à 2016.

José Maria Neves a déjà été chef de parti - président du PAICV et militant depuis près de 40 ans-, député national, maire (Santa Catarina) et ministre.

Lors de ces septièmes élections présidentielles, le candidat Casimiro de Pina a recueilli jusqu'à présent 3 254 voix (1,8 %), Fernando Rocha Delgado 2 509 voix (1,4 %), Hélio Sanches 2 102 voix (1,2 %), Gilson Alves 1 546 voix (0,9 %) et Joaquim Monteiro 1 365 voix (0,8%).

186 991 électeurs ont voté (avec 97,1% des sondages dépouillés), ce qui correspond à son tour à un taux d'abstention de 51,7%.

C'était la première fois que le Cap-Vert enregistrait sept candidats à la présidence de la République lors d'élections directes, contre quatre jusqu'à présent, en 2001 et 2011.

Ces élections clôturent le cycle électoral entamé le 25 octobre 2020, avec les élections locales, qui s'est poursuivi le 18 avril, avec les législatives, toujours avec l'application de mesures de protection sanitaire, comme le port du masque et la désinfection obligatoire à l'entrée aux bureaux de vote, en raison de la pandémie de covid-19.

342 777 électeurs étaient inscrits pour voter dans les 22 circonscriptions du pays, tandis que les 16 circonscriptions/pays à l'étranger comptaient 56 087 électeurs inscrits, totalisant ainsi 398 864 Cap-Verdiens en état de voter.

Jorge Carlos Fonseca, qui exerce son deuxième et dernier mandat à la Présidence de la République, ne pouvait participer à ces élections.

Les élections présidentielles du Cap-Vert ont été suivies dans tout le pays par 104 observateurs internationaux, dont 30 de l'Union africaine, dans une mission dirigée par le diplomate et ancien ministre angolais Ismael Gaspar Martins, 71 de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et trois de l'ambassade des États-Unis d'Amérique à Praia.

Le Cap-Vert a eu quatre présidents de la République depuis son indépendance du Portugal en 1975, le premier étant feu Aristides Pereira (1975 - 1991) par élection indirecte, suivi de feu António Mascarenhas Monteiro (1991 - 2001), le premier par élection directe, en 2001, Pedro Pires a été élu et 10 ans plus tard Jorge Carlos Fonseca.

Les précédentes élections présidentielles au Cap-Vert, qui ont reconduit le constitutionnaliste Jorge Carlos Fonseca à la présidence de la République, ont eu lieu le 2 octobre 2016 (élection au premier tour, avec 74% des voix).