Mozambique : Le PR Nyusi dit que le mandat des forces étrangères est solidaire

  • Président du Mozambique, Filipe Nyusi
Maputo (Angola) - Le président mozambicain Filipe Nyusi a déclaré dimanche que le Mozambique dirigera les forces internationales présentes dans le pays pour combattre les groupes terroristes à Cabo Delgado, considérant que le mandat de ces forces est solidaire et vise à sauver des vies.

«Tout cet appui sera mis en œuvre sous la demande, le commandement et la direction des Mozambicains, qui sont devant les destinées du pays, car personne ne connaît mieux notre foyer que nous », a indiqué le chef de l'Etat mozambicain, dans une communication à la nation sur la violence armée terroriste à Cabo Delgado à partir de la Présidence de la République à Maputo.

Selon Filipe Nyusi, l'action des forces sur le terrain obéira à une structure de commandement qui garantit qu'il n'y ait pas d'affrontements, de frictions ou de désarticulation, laissant le Mozambique conduire ces stratégies.

« Il est absolument clair que les Mozambicains seront aux avant-postes, car ils connaissent mieux le terrain, le contexte et sont les plus intéressés », a souligné Filipe Nyusi, ajoutant que le mandat des forces étrangères au Mozambique est « la solidarité et vise à sauver des vies".

"Il n'y a aucune raison de craindre une présence et une intervention étrangères", a souligné le chef de l'Etat, précisant également que les demandes de soutien formulées par l'Exécutif de Maputo reposaient sur des mécanismes et principes de coopération internationale, ainsi que sur des accords bilatéraux.

Sur le terrain, le Mozambique aura des soldats du Rwanda et de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), mais il existe d'autres partenaires qui commencent à soutenir la formation des forces mozambicaines, en particulier l'Union européenne et les États-Unis.

« Il ne faut pas avoir peur de ce soutien, il faut plutôt avoir peur d'être seuls, face aux terroristes », a poursuivi le président, soulignant que la lutte contre l'extrémisme violent ne peut se gagner individuellement.

«Tout cet appui sera mis en œuvre sous la demande, le commandement et la direction des Mozambicains, qui sont devant les destinées du pays, car personne ne connaît mieux notre foyer que nous », a indiqué le chef de l'Etat mozambicain, dans une communication à la nation sur la violence armée terroriste à Cabo Delgado à partir de la Présidence de la République à Maputo.

Selon Filipe Nyusi, l'action des forces sur le terrain obéira à une structure de commandement qui garantit qu'il n'y ait pas d'affrontements, de frictions ou de désarticulation, laissant le Mozambique conduire ces stratégies.

« Il est absolument clair que les Mozambicains seront aux avant-postes, car ils connaissent mieux le terrain, le contexte et sont les plus intéressés », a souligné Filipe Nyusi, ajoutant que le mandat des forces étrangères au Mozambique est « la solidarité et vise à sauver des vies".

"Il n'y a aucune raison de craindre une présence et une intervention étrangères", a souligné le chef de l'Etat, précisant également que les demandes de soutien formulées par l'Exécutif de Maputo reposaient sur des mécanismes et principes de coopération internationale, ainsi que sur des accords bilatéraux.

Sur le terrain, le Mozambique aura des soldats du Rwanda et de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), mais il existe d'autres partenaires qui commencent à soutenir la formation des forces mozambicaines, en particulier l'Union européenne et les États-Unis.

« Il ne faut pas avoir peur de ce soutien, il faut plutôt avoir peur d'être seuls, face aux terroristes », a poursuivi le président, soulignant que la lutte contre l'extrémisme violent ne peut se gagner individuellement.