Neuf morts dans un attentat suicide à Mogadiscio

Mogadiscio - Au moins neuf personnes, pour la plupart des membres des forces de sécurité somaliennes, sont mortes mardi dans un attentat-suicide présumé contre un poste de contrôle à Mogadiscio, capitale du pays d'Afrique de l'Est, selon la police et des témoins.

Le poste de contrôle était un lieu de rencontre fréquent pour les forces de sécurité, a déclaré Mohamed Ali de la police somalienne.

"L'enquête est toujours en cours, mais selon les indications actuelles, c'est un kamikaze qui a provoqué l'explosion", a précisé Mohamed Ali.

Six membres des forces de sécurité et trois civils ont été tués et 11 autres ont été blessés, a-t-il dit.

L'attaque a été revendiquée par les rebelles d'al-Shabaab, des islamistes radicaux affiliés à al-Qaïda, qui combattent le gouvernement fédéral somalien depuis 2007 et mènent de nombreuses attaques.

« J'ai traversé la zone quelques minutes après l'explosion, le chaos régnait dans toute la zone avec des chaussures abandonnées appartenant aux victimes », a déclaré un témoin, Kudow Yusuf.

Un autre témoin, Adan Hussein, a dit avoir vu plusieurs corps, certains en uniforme, être transportés vers des ambulances.

En août, les rebelles d'al-Shabaab ont revendiqué la responsabilité d'un attentat suicide dans un café de Mogadiscio qui a fait deux morts et cinq blessés.

Le groupe « djihadiste » a contrôlé la capitale jusqu'en 2011, date à laquelle il a été expulsé par les troupes de l'Union africaine.

Cependant, il contrôle toujours les territoires ruraux et lance des attaques fréquentes contre des cibles gouvernementales et civiles à Mogadiscio et ailleurs.

Le poste de contrôle était un lieu de rencontre fréquent pour les forces de sécurité, a déclaré Mohamed Ali de la police somalienne.

"L'enquête est toujours en cours, mais selon les indications actuelles, c'est un kamikaze qui a provoqué l'explosion", a précisé Mohamed Ali.

Six membres des forces de sécurité et trois civils ont été tués et 11 autres ont été blessés, a-t-il dit.

L'attaque a été revendiquée par les rebelles d'al-Shabaab, des islamistes radicaux affiliés à al-Qaïda, qui combattent le gouvernement fédéral somalien depuis 2007 et mènent de nombreuses attaques.

« J'ai traversé la zone quelques minutes après l'explosion, le chaos régnait dans toute la zone avec des chaussures abandonnées appartenant aux victimes », a déclaré un témoin, Kudow Yusuf.

Un autre témoin, Adan Hussein, a dit avoir vu plusieurs corps, certains en uniforme, être transportés vers des ambulances.

En août, les rebelles d'al-Shabaab ont revendiqué la responsabilité d'un attentat suicide dans un café de Mogadiscio qui a fait deux morts et cinq blessés.

Le groupe « djihadiste » a contrôlé la capitale jusqu'en 2011, date à laquelle il a été expulsé par les troupes de l'Union africaine.

Cependant, il contrôle toujours les territoires ruraux et lance des attaques fréquentes contre des cibles gouvernementales et civiles à Mogadiscio et ailleurs.