Trente mille enfants risquent de mourir de faim au Tigré

  • Logomarca do Unicef
L’Unicef s’alarme: au Tigré, dans le nord de l’Éthiopie, des dizaines de milliers d’enfants vont mourir de faim. Or, un conflit et des pillages empêchent l’aide humanitaire d’arriver. L’aide humanitaire n’arrive que parcimonieusement au Tigré. Et la situation pourrait très vite s’aggraver, surtout pour les enfants.

Des dizaines de milliers d’enfants souffrant de malnutrition risquent de mourir dans la région éthiopienne du Tigré (nord), désormais touchée par la famine et où l’aide humanitaire peine à arriver. «Sans accès humanitaire pour augmenter notre aide, 30’000 enfants souffrant d’une sévère malnutrition dans ces zones extrêmement peu accessibles courent un grand risque de mourir», a déclaré, vendredi, à Genève, James Elder, porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef).

Depuis novembre, les combats au Tigré ont perturbé les récoltes dans une région déjà en situation d’insécurité alimentaire. Les agences humanitaires de l’ONU ont prévenu, jeudi, que des millions de personnes y avaient besoin d’aide alimentaire, dont 350’000 en situation de famine, et ont dénoncé le blocage de l’aide par des «groupes armés», sans les identifier individuellement.

Des dizaines de milliers d’enfants souffrant de malnutrition risquent de mourir dans la région éthiopienne du Tigré (nord), désormais touchée par la famine et où l’aide humanitaire peine à arriver. «Sans accès humanitaire pour augmenter notre aide, 30’000 enfants souffrant d’une sévère malnutrition dans ces zones extrêmement peu accessibles courent un grand risque de mourir», a déclaré, vendredi, à Genève, James Elder, porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef).

Depuis novembre, les combats au Tigré ont perturbé les récoltes dans une région déjà en situation d’insécurité alimentaire. Les agences humanitaires de l’ONU ont prévenu, jeudi, que des millions de personnes y avaient besoin d’aide alimentaire, dont 350’000 en situation de famine, et ont dénoncé le blocage de l’aide par des «groupes armés», sans les identifier individuellement.