Le bilan des explosions en Guinée équatoriale s'élève à 30 morts

Lisbonne - Plus de cadavres de dix personnes ont été retirés lundi des décombres causés par les explosions de dimanche dans une caserne militaire de la ville de Bata, en Guinée équatoriale, portant le bilan provisoire de morts à 30 et de blessés 600.

L'information a été avancée par la télévision publique TVGE et le journal AhoraEG, mais n'a pas été officiellement confirmée par les autorités, qui ont évoqué dimanche 20 morts et 600 blessés.

"Dix corps ont été retirés des décombres ce matin par les équipes de secours, qui ont repris leurs recherches", a déclaré un journaliste de TVGE, cité par Lusa.

Trois enfants âgés de 3 et 4 ans ont également été enlevés vivants des décombres des maisons et emmenés à l'hôpital, selon la même source.

Les explosions ont littéralement dévasté les bâtiments du camp militaire qui abritait les forces spéciales de l'unité d'intervention rapide de Nkuantoma et ont été causées, selon les autorités, par un incendie qui s'est propagé des terrains environnants du quartier militaire.

L'information a été avancée par la télévision publique TVGE et le journal AhoraEG, mais n'a pas été officiellement confirmée par les autorités, qui ont évoqué dimanche 20 morts et 600 blessés.

"Dix corps ont été retirés des décombres ce matin par les équipes de secours, qui ont repris leurs recherches", a déclaré un journaliste de TVGE, cité par Lusa.

Trois enfants âgés de 3 et 4 ans ont également été enlevés vivants des décombres des maisons et emmenés à l'hôpital, selon la même source.

Les explosions ont littéralement dévasté les bâtiments du camp militaire qui abritait les forces spéciales de l'unité d'intervention rapide de Nkuantoma et ont été causées, selon les autorités, par un incendie qui s'est propagé des terrains environnants du quartier militaire.