Une tentative de coup d'État échoue au Soudan

  • Drapeau du Soudan
Khartoum - Une tentative de coup d'Etat manquée a eu lieu ce mardi matin au Soudan, ont rapporté les médias d'Etat, sans identifier les auteurs du complot.

Il y a eu une tentative de coup d'Etat ratée, le peuple doit s'opposer" à cette situation, ont rapporté les médias d'Etat.

"Tout est sous contrôle. La révolution est victorieuse", a écrit Mohammed al-Fiky Suliman, membre du conseil militaire civil au pouvoir, dans un message sur Facebook, cité par l'agence de presse Associated Press (AP).

Al-Fiky Suliman a également appelé les Soudanais à protéger la transition gouvernementale.

Une source gouvernementale a également confirmé à l'agence de presse France-Presse (AFP) des informations indiquant que les auteurs de cette tentative de coup d'État ont tenté de prendre le contrôle du bâtiment des médias d'État, mais "ont échoué".

Par ailleurs, une source militaire de haut rang a indiqué qu'un groupe d'officiers militaires était "impliqué dans la tentative", mais que ce groupe a été "immédiatement" empêché de mener la tentative de coup d'État.

Une autre source militaire a dit à l'AP que des gradés de l'armée étaient également impliqués dans la tentative de coup d'État.

La circulation dans le centre-ville de Khartoum paraissait fluide, selon l'AFP, y compris aux alentours du quartier général de l'armée.

Les services de sécurité soudanais ont cependant bloqué le principal pont reliant Khartoum à la ville d'Omdurman de l'autre côté du Nil.

La tentative de coup d'État visait le gouvernement de transition soudanais mis en place après la chute en mars 2019 du président Omar el-Béchir, destitué après 30 ans à la tête du gouvernement soudanais.

Le Soudan traverse une transition fragile marquée par des difficultés économiques et de profondes divisions politiques.

Ces derniers mois, le gouvernement a entrepris une série de réformes économiques difficiles visant à se qualifier pour un programme d'allégement de la dette du Fonds monétaire international (FMI).

Ces mesures, notamment la réduction des subventions et l'instauration d'une fluctuation contrôlée de la monnaie locale, ont été considérées comme trop sévères par de nombreux Soudanais.

Des manifestations sporadiques ont eu lieu récemment à travers le pays pour protester contre les mesures soutenues par le FMI et la hausse du coût de la vie.

Il y a eu une tentative de coup d'Etat ratée, le peuple doit s'opposer" à cette situation, ont rapporté les médias d'Etat.

"Tout est sous contrôle. La révolution est victorieuse", a écrit Mohammed al-Fiky Suliman, membre du conseil militaire civil au pouvoir, dans un message sur Facebook, cité par l'agence de presse Associated Press (AP).

Al-Fiky Suliman a également appelé les Soudanais à protéger la transition gouvernementale.

Une source gouvernementale a également confirmé à l'agence de presse France-Presse (AFP) des informations indiquant que les auteurs de cette tentative de coup d'État ont tenté de prendre le contrôle du bâtiment des médias d'État, mais "ont échoué".

Par ailleurs, une source militaire de haut rang a indiqué qu'un groupe d'officiers militaires était "impliqué dans la tentative", mais que ce groupe a été "immédiatement" empêché de mener la tentative de coup d'État.

Une autre source militaire a dit à l'AP que des gradés de l'armée étaient également impliqués dans la tentative de coup d'État.

La circulation dans le centre-ville de Khartoum paraissait fluide, selon l'AFP, y compris aux alentours du quartier général de l'armée.

Les services de sécurité soudanais ont cependant bloqué le principal pont reliant Khartoum à la ville d'Omdurman de l'autre côté du Nil.

La tentative de coup d'État visait le gouvernement de transition soudanais mis en place après la chute en mars 2019 du président Omar el-Béchir, destitué après 30 ans à la tête du gouvernement soudanais.

Le Soudan traverse une transition fragile marquée par des difficultés économiques et de profondes divisions politiques.

Ces derniers mois, le gouvernement a entrepris une série de réformes économiques difficiles visant à se qualifier pour un programme d'allégement de la dette du Fonds monétaire international (FMI).

Ces mesures, notamment la réduction des subventions et l'instauration d'une fluctuation contrôlée de la monnaie locale, ont été considérées comme trop sévères par de nombreux Soudanais.

Des manifestations sporadiques ont eu lieu récemment à travers le pays pour protester contre les mesures soutenues par le FMI et la hausse du coût de la vie.