Tunisie: Le président reçoit une lettre empoisonnée

Tunis - Le bureau du président tunisien, Kais Saied, a annoncé jeudi que le chef de l'Etat avait été victime d'une "tentative d'empoisonnement" par courrier, ouvert par son assistante principal et qu'il était tombé malade.

L'annonce a confirmé les informations circulant sur une tentative d'empoisonnement du Président Saied.

Le communiqué, cité par l'Associated Press (AP), indique qu'une lettre reçue lundi d'un "expéditeur inconnu" et adressée au président Kais Saied a été ouverte par sa directrice de cabinet, Nadia Akacha, qui a été brièvement hospitalisée.

"En l’ouvrant, la conseillère n'a trouvé aucun document écrit, mais sa santé s'est rapidement dégradée", ajoute la note.

«Elle s'est soudainement sentie faible, a presque perdu la vue et a eu une migraine»,  rapporte le document, ajoutant qu'un autre employé du secrétariat du cabinet du présent dans la même pièce a ressenti des symptômes similaires, mais à une moindre intensité, selon le même communiqué.

L'assistante a été admise à l'hôpital militaire de Tunisie et le courrier a été envoyé pour analyse dans un département spécial du ministère de l'Intérieur, indique l'AP.

Le porte-parole du procureur de Tunis, Mohsen Dali, a déclaré qu'une brigade des forces spéciales de sécurité enquêtait sur l'affaire.

L'annonce a confirmé les informations circulant sur une tentative d'empoisonnement du Président Saied.

Le communiqué, cité par l'Associated Press (AP), indique qu'une lettre reçue lundi d'un "expéditeur inconnu" et adressée au président Kais Saied a été ouverte par sa directrice de cabinet, Nadia Akacha, qui a été brièvement hospitalisée.

"En l’ouvrant, la conseillère n'a trouvé aucun document écrit, mais sa santé s'est rapidement dégradée", ajoute la note.

«Elle s'est soudainement sentie faible, a presque perdu la vue et a eu une migraine»,  rapporte le document, ajoutant qu'un autre employé du secrétariat du cabinet du présent dans la même pièce a ressenti des symptômes similaires, mais à une moindre intensité, selon le même communiqué.

L'assistante a été admise à l'hôpital militaire de Tunisie et le courrier a été envoyé pour analyse dans un département spécial du ministère de l'Intérieur, indique l'AP.

Le porte-parole du procureur de Tunis, Mohsen Dali, a déclaré qu'une brigade des forces spéciales de sécurité enquêtait sur l'affaire.