La ferme Lumbamba récolte 600 tonnes de maïs

  • Champ de culture de maïs à la ferme Lumbamba
Ondjiva (Angola) - Six cents tonnes de maïs jaune commencent à être récoltées en avril à la ferme Lumbamba, située dans la commune de Calunga, à 195 kilomètres d'Ondjiva, province de Cunene.

Il s'agit de la première phase d'un total de 1 200 tonnes de maïs à récolter jusqu'en juin prochain, soit 50% de moins que la récolte précédente.

Actuellement, 50 hectares de maïs sont en production, dont 25 hectares sont en phase de séchage et l’autre est en cours de maturation, comme l'a informé le propriétaire de la ferme, Francisco Abílio Lumbamba.

Selon le producteur, outre le maïs, 50 hectares de sorgho sont cultivés, avec une prévision de 100 tonnes de récolte, ainsi que 50 autres de haricots, dont la récolte prévue est de 75 tonnes.

Il a fait savoir que la réduction de la production de maïs résulte du processus de rotation de la variété des cultures, afin de permettre l'amélioration des sols, puisque auparavant le maïs était cultivé dans un espace de 200 hectares en deux phases.

"L'intention est de faire de la ferme un producteur majeur dans la région sud avec l'expansion des champs de culture et l'augmentation de la production agricole, en vue de garantir des excédents et de répondre aux besoins du gouvernement en matière de production, de commercialisation et de réduction des importations", a-t-il expliqué.

Le propriétaire a informé que le projet a un effectif de 42 travailleurs et dispose de deux pivots d'irrigation, de grandes machines, qui garantissent rapidement la plantation, la pulvérisation et la récolte de la production.

Francisco Lumbamba a considéré l’écoulement de la production comme une grande difficulté, en raison du mauvais état du tronçon qui relie la ferme et le village de Xangongo, municipalité d'Ombadja, sur un parcours de 87 kilomètres, parcouru en sept heures.

L'absence de silos pour stocker les produits, ainsi que la subvention du carburant et l'acquisition d'engrais, font également partie des difficultés.

Située à 195 kilomètres d'Ondjiva, la ferme couvre une superficie de 220 hectares et possède la rivière Cunene comme principale source d'approvisionnement en eau.

Il s'agit de la première phase d'un total de 1 200 tonnes de maïs à récolter jusqu'en juin prochain, soit 50% de moins que la récolte précédente.

Actuellement, 50 hectares de maïs sont en production, dont 25 hectares sont en phase de séchage et l’autre est en cours de maturation, comme l'a informé le propriétaire de la ferme, Francisco Abílio Lumbamba.

Selon le producteur, outre le maïs, 50 hectares de sorgho sont cultivés, avec une prévision de 100 tonnes de récolte, ainsi que 50 autres de haricots, dont la récolte prévue est de 75 tonnes.

Il a fait savoir que la réduction de la production de maïs résulte du processus de rotation de la variété des cultures, afin de permettre l'amélioration des sols, puisque auparavant le maïs était cultivé dans un espace de 200 hectares en deux phases.

"L'intention est de faire de la ferme un producteur majeur dans la région sud avec l'expansion des champs de culture et l'augmentation de la production agricole, en vue de garantir des excédents et de répondre aux besoins du gouvernement en matière de production, de commercialisation et de réduction des importations", a-t-il expliqué.

Le propriétaire a informé que le projet a un effectif de 42 travailleurs et dispose de deux pivots d'irrigation, de grandes machines, qui garantissent rapidement la plantation, la pulvérisation et la récolte de la production.

Francisco Lumbamba a considéré l’écoulement de la production comme une grande difficulté, en raison du mauvais état du tronçon qui relie la ferme et le village de Xangongo, municipalité d'Ombadja, sur un parcours de 87 kilomètres, parcouru en sept heures.

L'absence de silos pour stocker les produits, ainsi que la subvention du carburant et l'acquisition d'engrais, font également partie des difficultés.

Située à 195 kilomètres d'Ondjiva, la ferme couvre une superficie de 220 hectares et possède la rivière Cunene comme principale source d'approvisionnement en eau.