Début de la surveillance des éléphants dans le parc de Luengue

  • Elefantes numa excursão pelo meio ambiente
Menongue (Angola) - Le processus de suivi des éléphants par satellite, dans le parc national de Luengue, commune de Luiana, municipalité de Rivungo (Cuando Cubango), a débuté vendredi, avec la mise en place de colliers avec GPS pour suivre le mouvement des troupeaux.

Une opération identique a déjà été menée par des experts de la biodiversité dans d'autres pays qui font partie du projet transfrontalier Okavango-Zambeze, intégré par l'Angola, la Zambie, la Namibie, le Zimbabwe et le Botswana.

Cette fois, il est fait de manière globale, avec la participation de spécialistes angolais et namibiens.

Selon une note parvenue à l'ANGOP, pour la localisation des animaux et la mise en place des colliers (GPS), un hélicoptère est disponible qui facilitera la tâche de spécialistes de la biodiversité sur huit éléphants, membres de plusieurs troupeaux qui circulent sur le territoire angolais.

À l’occasion, le directeur du bureau provincial de l'environnement, de la gestion des déchets et des services communautaires de Cuando Cubango, Júlio Bravo, a informé que quatre zones de plus grande circulation d'éléphants avaient été identifiées, notamment le couloir de Cuando, Bua-Buata, Pico de Angola et l'intérieur du parc de Luiana.

Dans ces zones, a-t-il ajouté, des troupeaux d'éléphants sont souvent vus.

Le parc de Luengue a été fondé en 2011 et occupe une superficie de 22 610 kilomètres carrés.

Le projet transfrontalier KAZA de la Communauté de développement de l'Afrique australe est développé par cinq pays ayant la plus grande population d'éléphants.

La province angolaise de Cuando Cubango a la plus grande population d'éléphants d'Angola.

Selon le recensement de 2016, le Botswana est le pays africain avec le plus grand nombre d'éléphants. Il en comptait plus de 130 000 éléphants. En raison du braconnage, il continue de perdre des milliers d'animaux chaque année.

Une opération identique a déjà été menée par des experts de la biodiversité dans d'autres pays qui font partie du projet transfrontalier Okavango-Zambeze, intégré par l'Angola, la Zambie, la Namibie, le Zimbabwe et le Botswana.

Cette fois, il est fait de manière globale, avec la participation de spécialistes angolais et namibiens.

Selon une note parvenue à l'ANGOP, pour la localisation des animaux et la mise en place des colliers (GPS), un hélicoptère est disponible qui facilitera la tâche de spécialistes de la biodiversité sur huit éléphants, membres de plusieurs troupeaux qui circulent sur le territoire angolais.

À l’occasion, le directeur du bureau provincial de l'environnement, de la gestion des déchets et des services communautaires de Cuando Cubango, Júlio Bravo, a informé que quatre zones de plus grande circulation d'éléphants avaient été identifiées, notamment le couloir de Cuando, Bua-Buata, Pico de Angola et l'intérieur du parc de Luiana.

Dans ces zones, a-t-il ajouté, des troupeaux d'éléphants sont souvent vus.

Le parc de Luengue a été fondé en 2011 et occupe une superficie de 22 610 kilomètres carrés.

Le projet transfrontalier KAZA de la Communauté de développement de l'Afrique australe est développé par cinq pays ayant la plus grande population d'éléphants.

La province angolaise de Cuando Cubango a la plus grande population d'éléphants d'Angola.

Selon le recensement de 2016, le Botswana est le pays africain avec le plus grand nombre d'éléphants. Il en comptait plus de 130 000 éléphants. En raison du braconnage, il continue de perdre des milliers d'animaux chaque année.