Un écologiste  alerte  sur l'exploitation illégale des ressources naturelles

Ndalatando - Le braconnage et l'abattage aveugle des espèces animales et végétales pour la production de charbon et fabrication  de bois,  met en danger la biodiversité des espèces animales et végétales de la province de Cuanza Norte.

Cette information a été fournie ce samedi, à Ndalatando, par le responsable du département de l'environnement de Cuanza Norte, Rui Sebastião.

Se confiant à l'ANGOP, à propos de la Journée internationale de la Biodiversité, célébrée le 22 mai, l'écologiste a déclaré qu'à la suite de l'action illégale de l'homme, plusieurs petites espèces animales, tel que le singe, sont en danger d'extinction dans la région.

En plus de ces mammifères, des arbres, tel que l'eucalyptus,  ont disparu en raison de l'abattage aveugle.

Il a rappelé que dans le passé, sur le tronçon Cuanza Norte / Luanda, de nombreux animaux sauvages étaient vus se nourrir en bord de route, mais aujourd'hui ce n'est plus le cas, en raison  de l'action de l’être humain.   

Rui Sebastião a averti qu'indirectement, lorsque l'homme détruit la biodiversité, "il met également en danger sa propre espèce, car ils doivent vivre en tant que partie intégrante".

Il estime que de nombreuses maladies résultent de l'utilisation irrationnelle des ressources naturelles et de la pollution de l’environnement.

Cette information a été fournie ce samedi, à Ndalatando, par le responsable du département de l'environnement de Cuanza Norte, Rui Sebastião.

Se confiant à l'ANGOP, à propos de la Journée internationale de la Biodiversité, célébrée le 22 mai, l'écologiste a déclaré qu'à la suite de l'action illégale de l'homme, plusieurs petites espèces animales, tel que le singe, sont en danger d'extinction dans la région.

En plus de ces mammifères, des arbres, tel que l'eucalyptus,  ont disparu en raison de l'abattage aveugle.

Il a rappelé que dans le passé, sur le tronçon Cuanza Norte / Luanda, de nombreux animaux sauvages étaient vus se nourrir en bord de route, mais aujourd'hui ce n'est plus le cas, en raison  de l'action de l’être humain.   

Rui Sebastião a averti qu'indirectement, lorsque l'homme détruit la biodiversité, "il met également en danger sa propre espèce, car ils doivent vivre en tant que partie intégrante".

Il estime que de nombreuses maladies résultent de l'utilisation irrationnelle des ressources naturelles et de la pollution de l’environnement.