FEM octroie sept millions de dollars US pour des projets de gestion foncière

  • Preparação de área agrícola para cultivo
Huambo - Le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) mettra à disposition, cette année, sept millions de dollars américains pour l'exécution de deux projets de gestion durable des terres en Angola, a appris l'ANGOP mardi.

Il s'agit des projets «Gestion durable des terres dans la région centrale de l'Angola» et «d’Intégration du changement climatique dans la gestion de l'environnement et l'utilisation durable des terres».

Les deux projets ont été lancés aujourd'hui par le ministre de la Culture, du Tourisme et de l'Environnement, Jomo Francisco Fortunato, qui effectue une visite de travail de trois jours dans la province de Huambo.

D'une durée de quatre ans, les projets seront exécutés par le Ministère de la culture, du tourisme et de l'environnement en partenariat avec l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Pour le projet de gestion durable des terres dans la région centrale de l'Angola, qui doit être mis en œuvre dans les provinces de Huambo et Benguela, avec le soutien technique du Centre pour l'écologie tropicale et changement climatique (CETAC), le FEM devrait investir 2,6 millions de dollars.

Une fois achevé, le projet bénéficiera directement à 1 500 personnes et à plus de 1,5 million indirectement, à travers des actions de régénération sur 14 000 hectares de terres, la préparation de 10 plans de gestion durable des terres et la formation de 100 fonctionnaires pour la mobilisation des ressources.

Le projet «Intégration du changement climatique dans la gestion de l'environnement et l'utilisation durable des terres», qui doit être mis en œuvre dans les provinces de Cabinda, Cuando Cubango, Huambo et Namibe, est basé sur la promotion de pratiques de gestion durable des terres dans les quatre centres agro-écologiques installés dans ces régions du pays.

D'une valeur de 4,4 millions de dollars, il vise à introduire des techniques d'adaptation au changement climatique, de bonnes pratiques de gestion durable des terres et à créer les conditions nécessaires pour améliorer la résilience des moyens de subsistance des populations rurales.

Il s'agit des projets «Gestion durable des terres dans la région centrale de l'Angola» et «d’Intégration du changement climatique dans la gestion de l'environnement et l'utilisation durable des terres».

Les deux projets ont été lancés aujourd'hui par le ministre de la Culture, du Tourisme et de l'Environnement, Jomo Francisco Fortunato, qui effectue une visite de travail de trois jours dans la province de Huambo.

D'une durée de quatre ans, les projets seront exécutés par le Ministère de la culture, du tourisme et de l'environnement en partenariat avec l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Pour le projet de gestion durable des terres dans la région centrale de l'Angola, qui doit être mis en œuvre dans les provinces de Huambo et Benguela, avec le soutien technique du Centre pour l'écologie tropicale et changement climatique (CETAC), le FEM devrait investir 2,6 millions de dollars.

Une fois achevé, le projet bénéficiera directement à 1 500 personnes et à plus de 1,5 million indirectement, à travers des actions de régénération sur 14 000 hectares de terres, la préparation de 10 plans de gestion durable des terres et la formation de 100 fonctionnaires pour la mobilisation des ressources.

Le projet «Intégration du changement climatique dans la gestion de l'environnement et l'utilisation durable des terres», qui doit être mis en œuvre dans les provinces de Cabinda, Cuando Cubango, Huambo et Namibe, est basé sur la promotion de pratiques de gestion durable des terres dans les quatre centres agro-écologiques installés dans ces régions du pays.

D'une valeur de 4,4 millions de dollars, il vise à introduire des techniques d'adaptation au changement climatique, de bonnes pratiques de gestion durable des terres et à créer les conditions nécessaires pour améliorer la résilience des moyens de subsistance des populations rurales.