Contours du cas Neide avec des informations cachées

  • Neide Dias promet de poursuivre le COA  (photo archive)
Luanda – La coureuse de fond Neide Dias a annoncé, à Luanda, qu'elle poursuivrait le Comité olympique angolais (COA), pour avoir prétendument fourni de fausses justifications sur les raisons de son absence aux Jeux olympiques de Tokyo, au Japon, à partir du 23 de cette mois.

Avec ces déclarations, faites le week-end dernier, une nouvelle page de l’"affaire" s'ouvre, qui implique également la Fédération angolaise d'athlétisme (FAA) et de nombreuses explications cachées.

En substance, tout a commencé avec la révélation de l'internationale angolaise qu'elle n'était pas inscrite aux Jeux Olympiques, son passeport "n'ayant pas été renouvelé en temps voulu".

Du coup, le COA et la FAA n'ont pas été unanimes dans les arguments de justification, le premier, de la voix de son secrétaire général, António Monteiro « Bambino », attribuant des responsabilités au second, représenté par le président, Bernardo João.

Compte tenu de l'inadéquation évidente des deux dirigeants, le porte-parole du Service de Migration et Etrangers (SME), Simão Milagre, a précisé, vendredi, que cette instance avait reçu du représentant du consulat d'Angola en France, le 15 juin, le processus de demander la délivrance du passeport ordinaire de l'athlète.

S'adressant à la presse, le responsable a expliqué que le processus avait été expédié en urgence, le passeport étant remis deux heures plus tard, le porteur affirmant l'urgence de rentrer à Paris le même jour.

Par conséquent, Simão Milagre nie toute responsabilité de l'institution qu'il représente dans l'issue de l'affaire, ce qui laisse l'athlète, le COA et la FAA sur un « parcours de collision ».

Dans ce scénario dit et contredit, il est au moins clair qu'après tout, le passeport de Neide Dias a été renouvelé à temps pour être enregistré pour Tokyo.

Avec ces déclarations, faites le week-end dernier, une nouvelle page de l’"affaire" s'ouvre, qui implique également la Fédération angolaise d'athlétisme (FAA) et de nombreuses explications cachées.

En substance, tout a commencé avec la révélation de l'internationale angolaise qu'elle n'était pas inscrite aux Jeux Olympiques, son passeport "n'ayant pas été renouvelé en temps voulu".

Du coup, le COA et la FAA n'ont pas été unanimes dans les arguments de justification, le premier, de la voix de son secrétaire général, António Monteiro « Bambino », attribuant des responsabilités au second, représenté par le président, Bernardo João.

Compte tenu de l'inadéquation évidente des deux dirigeants, le porte-parole du Service de Migration et Etrangers (SME), Simão Milagre, a précisé, vendredi, que cette instance avait reçu du représentant du consulat d'Angola en France, le 15 juin, le processus de demander la délivrance du passeport ordinaire de l'athlète.

S'adressant à la presse, le responsable a expliqué que le processus avait été expédié en urgence, le passeport étant remis deux heures plus tard, le porteur affirmant l'urgence de rentrer à Paris le même jour.

Par conséquent, Simão Milagre nie toute responsabilité de l'institution qu'il représente dans l'issue de l'affaire, ce qui laisse l'athlète, le COA et la FAA sur un « parcours de collision ».

Dans ce scénario dit et contredit, il est au moins clair qu'après tout, le passeport de Neide Dias a été renouvelé à temps pour être enregistré pour Tokyo.