Nacissela Maurício honorée par FIBA-Afrique

  • Nacissela Maurício honorée à Yaoundé - Archive
Luanda - La basketteuse angolaise Nacissela Maurício, deux fois MVP de l'Afro-basket féminin (2011 et 2013), a été honorée par FIBA-Afrique pour sa contribution au développement du sport pendant et après sa carrière sportive.

L'ancienne capitaine de l'équipe nationale fait partie d'une liste d'anciennes pratiquantes africaines qui ont surmonté le défi de la maternité et continué à jouer à un haut niveau, et qui aujourd'hui apportent leur expérience dans d'autres domaines du jeu.

A Yaoundé, où elle a été à la tête de la Fédération angolaise de basket-ball, Nacissela Maurício a aidé l'Angola à se qualifier à la huitième place, une compétition remportée par le Nigeria (battant le Mali dimanche en finale, 70-59), bien qu'enceinte de près de sept mois.

Dans une interview sur le site Internet de l'organisation de la compétition continentale, elle a déclaré qu'elle n'avait pas hésité à lorsqu'elle a été invitée à diriger la délégation angolaise à Yaoundé.

"C'est mon environnement. J'ai toujours aimé le basket et j'ai ressenti un peu de nostalgie quand nous sommes arrivés ici à Yaoundé", a déclaré Maurício, qui a participé pour la dernière fois à une compétition du genre en 2015, dans le même pays.

Le basket-ball, a-t-elle dit, l'empêchait d'être avec sa famille et ses amis plus souvent qu'elle ne l'aurait souhaité.

« En tant que joueuse, la plupart du temps, vous devez faire des sacrifices car vous voyagez beaucoup, passez des semaines, des mois loin de votre propre famille », a-t-elle souligné.

L'ex-pratiquante avoue qu'elle serait très heureuse de voir son pays revenir sur le podium de l'Afro-basket féminin, qui s'est produit pour la dernière fois en 2013, lorsque l'Angola a remporté le deuxième trophée continental, à Maputo, et elle, son deuxième prix MVP.

L'ancienne capitaine de l'équipe nationale fait partie d'une liste d'anciennes pratiquantes africaines qui ont surmonté le défi de la maternité et continué à jouer à un haut niveau, et qui aujourd'hui apportent leur expérience dans d'autres domaines du jeu.

A Yaoundé, où elle a été à la tête de la Fédération angolaise de basket-ball, Nacissela Maurício a aidé l'Angola à se qualifier à la huitième place, une compétition remportée par le Nigeria (battant le Mali dimanche en finale, 70-59), bien qu'enceinte de près de sept mois.

Dans une interview sur le site Internet de l'organisation de la compétition continentale, elle a déclaré qu'elle n'avait pas hésité à lorsqu'elle a été invitée à diriger la délégation angolaise à Yaoundé.

"C'est mon environnement. J'ai toujours aimé le basket et j'ai ressenti un peu de nostalgie quand nous sommes arrivés ici à Yaoundé", a déclaré Maurício, qui a participé pour la dernière fois à une compétition du genre en 2015, dans le même pays.

Le basket-ball, a-t-elle dit, l'empêchait d'être avec sa famille et ses amis plus souvent qu'elle ne l'aurait souhaité.

« En tant que joueuse, la plupart du temps, vous devez faire des sacrifices car vous voyagez beaucoup, passez des semaines, des mois loin de votre propre famille », a-t-elle souligné.

L'ex-pratiquante avoue qu'elle serait très heureuse de voir son pays revenir sur le podium de l'Afro-basket féminin, qui s'est produit pour la dernière fois en 2013, lorsque l'Angola a remporté le deuxième trophée continental, à Maputo, et elle, son deuxième prix MVP.