L’AGT prévoit un allégement fiscal dans le sous-secteur des diamants

  • Diamants d'Angola
Dundo (Angola) - L'administration générale des impôts (AGT) ne prévoit pas, pour la prochaine année économique, l'aggravation de la charge fiscale des sociétés d'exploration diamantifère, visant à augmenter leurs contributions au Budget général de l'État (OGE), par le biais de taxes industrielles et commerciales.

La mesure, selon le directeur de la fiscalité spéciale de l'AGT, Pedro Marques, vise à permettre à l'État de collecter 42 milliards de Kwanzas sur les revenus issus du commerce mensuel des diamants, prévu pour l'année économique 2021.

Cette année, les perspectives indiquent la collecte de 27 milliards 932 millions 379 mille 374 Kwanzas, l'État ayant perçu, de janvier à septembre, 24 milliards 984 millions 583 mille 450 Akz.

L'allégement fiscal, a-t-il poursuivi, encouragera et stimulera les entreprises à produire et à vendre un plus grand volume de diamants, à réduire les coûts fiscaux et à augmenter les niveaux de facturation.

Selon Pedro Marques, il est possible d'atteindre ce chiffre, compte tenu du nombre d'entreprises que comptent commencer à explorer en 2021, dont le projet Luaxe, qui sera l'une des plus grandes mines de diamants au monde.

Il a également considéré le pôle de développement de diamants comme un excellent indicateur de l'augmentation des revenus du sous-secteur des diamants.

"L'année prochaine, nous conseillerons et aiderons les entreprises à bénéficier des différentes incitations prévues dans le code minier, comment les entreprises peuvent bénéficier d'une réduction des coûts fiscaux et des délais de grâce dans le paiement de l'impôt sur le revenu", a-t-il souligné.

En Angola, 12 projets miniers sont en opération (Calonda, Chitotolo, Lulu, Lunhinga, Cuango, Catoca, Furi, Uari, Yetwene, Luminas, Lunhinga et Somiluana) et quatre autres vont bientôt entrer en opération (Tchiegi, Luaxe, Camute, Mucuanza).

Il y a 14 projets en perspective, notamment Chinguvo, Dala, Gango, Sequege, Tchafua, Quitapazunzo, Cassanguidi, Lacage, Chitamba, Tchissombo, Mualengue, Mussanja, Sachenda et Banje Angola.

La mesure, selon le directeur de la fiscalité spéciale de l'AGT, Pedro Marques, vise à permettre à l'État de collecter 42 milliards de Kwanzas sur les revenus issus du commerce mensuel des diamants, prévu pour l'année économique 2021.

Cette année, les perspectives indiquent la collecte de 27 milliards 932 millions 379 mille 374 Kwanzas, l'État ayant perçu, de janvier à septembre, 24 milliards 984 millions 583 mille 450 Akz.

L'allégement fiscal, a-t-il poursuivi, encouragera et stimulera les entreprises à produire et à vendre un plus grand volume de diamants, à réduire les coûts fiscaux et à augmenter les niveaux de facturation.

Selon Pedro Marques, il est possible d'atteindre ce chiffre, compte tenu du nombre d'entreprises que comptent commencer à explorer en 2021, dont le projet Luaxe, qui sera l'une des plus grandes mines de diamants au monde.

Il a également considéré le pôle de développement de diamants comme un excellent indicateur de l'augmentation des revenus du sous-secteur des diamants.

"L'année prochaine, nous conseillerons et aiderons les entreprises à bénéficier des différentes incitations prévues dans le code minier, comment les entreprises peuvent bénéficier d'une réduction des coûts fiscaux et des délais de grâce dans le paiement de l'impôt sur le revenu", a-t-il souligné.

En Angola, 12 projets miniers sont en opération (Calonda, Chitotolo, Lulu, Lunhinga, Cuango, Catoca, Furi, Uari, Yetwene, Luminas, Lunhinga et Somiluana) et quatre autres vont bientôt entrer en opération (Tchiegi, Luaxe, Camute, Mucuanza).

Il y a 14 projets en perspective, notamment Chinguvo, Dala, Gango, Sequege, Tchafua, Quitapazunzo, Cassanguidi, Lacage, Chitamba, Tchissombo, Mualengue, Mussanja, Sachenda et Banje Angola.