L'Angola prend la présidence tournante de l'OPEP en 2021

  • Une plateforme pétrolière
Luanda - L'Angola a été élu, ce lundi, à la présidence tournante de la Conférence des ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), pour le mandat de 2021.

L'élection a eu lieu lors de la 180e réunion de l'OPEP qui se tient par vidéoconférence à partir de Vienne, en Autriche.

L'Angola, qui occupe actuellement la vice-présidence de cet organe, va remplacer l'Algérie. Les deux pays avaient été élus en décembre 2019 à Vienne, lors de la 179e  réunion de la Conférence des ministres de l'OPEP.

Outre l'élection de l'Angola à la présidence tournante de l'OPEP pour 2021, la réunion analyse également le plan d'action jusqu'en 2021, ainsi que le rapport de la 134e réunion de la commission économique.

L'Angola participe à cette réunion avec une délégation dirigée par le secrétaire d'État du ministère aux Ressources minérales et pétrolières, José Barroso.

La présidence de cette conférence des ministres est renouvelée chaque année et par ordre alphabétique, et le vice-président prend la direction l'année suivante.

L'Angola a dirigé l'OPEP en 2009, deux ans après son adhésion au cartel (2007).

Au cours de cette période, l'Angola était également le premier producteur de pétrole en Afrique, avec une production estimée à 1,9 million de barils / jour.

La République d'Angola a été admise en tant que membre à part entière de l'OPEP lors de sa 143e conférence extraordinaire, qui s'est tenue à Abuja, au Nigéria, le 14 décembre 2006.

L'OPEP existe depuis le 15 septembre 1960. Les membres actuels de l'OPEP sont l'Algérie, l'Angola, la Guinée équatoriale, le Gabon, l'Iran, l'Iraq, le Koweït, la Libye, le Nigéria, la République du Congo, l'Arabie saoudite (leader de facto), les Émirats arabes unis et le Venezuela, Équateur, Indonésie et Qatar.

L'élection a eu lieu lors de la 180e réunion de l'OPEP qui se tient par vidéoconférence à partir de Vienne, en Autriche.

L'Angola, qui occupe actuellement la vice-présidence de cet organe, va remplacer l'Algérie. Les deux pays avaient été élus en décembre 2019 à Vienne, lors de la 179e  réunion de la Conférence des ministres de l'OPEP.

Outre l'élection de l'Angola à la présidence tournante de l'OPEP pour 2021, la réunion analyse également le plan d'action jusqu'en 2021, ainsi que le rapport de la 134e réunion de la commission économique.

L'Angola participe à cette réunion avec une délégation dirigée par le secrétaire d'État du ministère aux Ressources minérales et pétrolières, José Barroso.

La présidence de cette conférence des ministres est renouvelée chaque année et par ordre alphabétique, et le vice-président prend la direction l'année suivante.

L'Angola a dirigé l'OPEP en 2009, deux ans après son adhésion au cartel (2007).

Au cours de cette période, l'Angola était également le premier producteur de pétrole en Afrique, avec une production estimée à 1,9 million de barils / jour.

La République d'Angola a été admise en tant que membre à part entière de l'OPEP lors de sa 143e conférence extraordinaire, qui s'est tenue à Abuja, au Nigéria, le 14 décembre 2006.

L'OPEP existe depuis le 15 septembre 1960. Les membres actuels de l'OPEP sont l'Algérie, l'Angola, la Guinée équatoriale, le Gabon, l'Iran, l'Iraq, le Koweït, la Libye, le Nigéria, la République du Congo, l'Arabie saoudite (leader de facto), les Émirats arabes unis et le Venezuela, Équateur, Indonésie et Qatar.