L'Angola et la FAO signent un Accord-cadre

  • Venda e Sessão de autográfo do livro "Fernando Calunga"
  • Ministro da Economia e Planeamento, Sérgio dos Santos
  • Zahira Viral, Coodernadora residente das Naçoes Unidas em Angola
Luanda - Le gouvernement angolais et le Bureau de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) en Angola ont officiellement signé, lundi, un Accord Cadre de programmation par pays (CPP) pour la période 2020-2023.

Cet accord, paraphé à Luanda, lors de la réunion du Comité de gestion de l'ONU et du gouvernement angolais, apporte un soutien au pays dans les secteurs de l'agriculture et de la pêche familiale.

Le document définit comme objectifs l'augmentation de la sécurité alimentaire et l'amélioration de la nutrition, la promotion d'un programme de formation innovant dirigé par des jeunes et des femmes et des mécanismes financiers, transformation du système agroalimentaire angolais en un système résilient, compétitif, diversifié et inclusif.

Le montant total des ressources requises pour la mise en œuvre du CPP est d'environ 57 millions de dollars US, le budget actuellement disponible et en cours d'exécution est de 36 millions de dollars US.

Selon un communiqué de la FAO, réalisé en marge de la cérémonie, les projets en cours d'exécution sont financés avec le soutien du gouvernement angolais, de la Banque mondiale, du Fonds international de développement agricole, de la Banque africaine de développement, de l'Union européenne, du Fonds pour l'environnement mondial, en plus de l'ONU, comme le fonds CERF et le fonds ODS.

L'accord intervient à un moment où l'Angola a déjà bénéficié de «27 millions USD», dans le cadre du Comité-cadre pour la coopération entre le gouvernement angolais et le système des Nations Unies pour le développement durable 2020-2022, selon le ministre angolais de l'Économie et de la Planification, Sérgio dos Santos.

Selon le ministre, malgré la pandémie de Covid-19, les chiffres montrent que l'accord-cadre de coopération a eu un grand impact, après sa signature le 6 mars 2020.

Il a expliqué que les agences des Nations Unies agissaient conformément au Programme national de développement 2018-2022 et aux Objectifs de développement durable et couvraient "Transformation économique et sociale", "des adolescents, jeunes et autonomisation des femmes", "Environnement et résilience population vulnérable" et "Démocratie et stabilité".

Sérgio Santos, qui s'exprimait en marge de la première réunion annuelle du comité, a déclaré que l'événement avait réuni, par vidéoconférence, plus de 15 membres du gouvernement, dont des ministres et des secrétaires d'État, des représentants résidents des agences onusiennes en Angola.

Il a ajouté que la réunion a permis de présenter les principaux résultats stratégiques pour 2020 et les lignes du plan de travail 2021.

 

ONU

 

À son tour, la coordinatrice résidente des Nations Unies, Zahira Virani, a déclaré que la réunion avait servi à guider, créer des stratégies et analyser conjointement les voies pour faire progresser les plans de travail annuels conjoints et s’informer sur les principaux progrès réalisés pendant la mise en œuvre du cadre de coopération.

Elle a expliqué que le covid-19 exigeait un effort accru axé sur la réponse rapide à l'émergence de la pandémie, en mettant l'accent sur l'aspect médical et les effets néfastes de l'impact socio-économique, selon les besoins du pays et les plans de l'exécutif.

Zahira Virani a ajouté que le covid-19 en est venu à saper davantage les structures déjà fragiles, c'est pourquoi il est essentiel d'avoir des réponses plus intégrées, des actions plus rapides et plus ambitieuses pour réaliser des transformations pour que le pays ait un avenir meilleur.

Elle a demandé au gouvernement de partager les préoccupations et les priorités, puis de transférer les indications stratégiques définies par le comité pour travailler ensemble dans les deux prochains mois et mettre à jour et achever les plans de travail conjoints pour 2021, afin que les interventions de l'ONU soient ainsi alignées sur les besoins et les priorités de cette nouvelle conjoncture.

Cet accord, paraphé à Luanda, lors de la réunion du Comité de gestion de l'ONU et du gouvernement angolais, apporte un soutien au pays dans les secteurs de l'agriculture et de la pêche familiale.

Le document définit comme objectifs l'augmentation de la sécurité alimentaire et l'amélioration de la nutrition, la promotion d'un programme de formation innovant dirigé par des jeunes et des femmes et des mécanismes financiers, transformation du système agroalimentaire angolais en un système résilient, compétitif, diversifié et inclusif.

Le montant total des ressources requises pour la mise en œuvre du CPP est d'environ 57 millions de dollars US, le budget actuellement disponible et en cours d'exécution est de 36 millions de dollars US.

Selon un communiqué de la FAO, réalisé en marge de la cérémonie, les projets en cours d'exécution sont financés avec le soutien du gouvernement angolais, de la Banque mondiale, du Fonds international de développement agricole, de la Banque africaine de développement, de l'Union européenne, du Fonds pour l'environnement mondial, en plus de l'ONU, comme le fonds CERF et le fonds ODS.

L'accord intervient à un moment où l'Angola a déjà bénéficié de «27 millions USD», dans le cadre du Comité-cadre pour la coopération entre le gouvernement angolais et le système des Nations Unies pour le développement durable 2020-2022, selon le ministre angolais de l'Économie et de la Planification, Sérgio dos Santos.

Selon le ministre, malgré la pandémie de Covid-19, les chiffres montrent que l'accord-cadre de coopération a eu un grand impact, après sa signature le 6 mars 2020.

Il a expliqué que les agences des Nations Unies agissaient conformément au Programme national de développement 2018-2022 et aux Objectifs de développement durable et couvraient "Transformation économique et sociale", "des adolescents, jeunes et autonomisation des femmes", "Environnement et résilience population vulnérable" et "Démocratie et stabilité".

Sérgio Santos, qui s'exprimait en marge de la première réunion annuelle du comité, a déclaré que l'événement avait réuni, par vidéoconférence, plus de 15 membres du gouvernement, dont des ministres et des secrétaires d'État, des représentants résidents des agences onusiennes en Angola.

Il a ajouté que la réunion a permis de présenter les principaux résultats stratégiques pour 2020 et les lignes du plan de travail 2021.

 

ONU

 

À son tour, la coordinatrice résidente des Nations Unies, Zahira Virani, a déclaré que la réunion avait servi à guider, créer des stratégies et analyser conjointement les voies pour faire progresser les plans de travail annuels conjoints et s’informer sur les principaux progrès réalisés pendant la mise en œuvre du cadre de coopération.

Elle a expliqué que le covid-19 exigeait un effort accru axé sur la réponse rapide à l'émergence de la pandémie, en mettant l'accent sur l'aspect médical et les effets néfastes de l'impact socio-économique, selon les besoins du pays et les plans de l'exécutif.

Zahira Virani a ajouté que le covid-19 en est venu à saper davantage les structures déjà fragiles, c'est pourquoi il est essentiel d'avoir des réponses plus intégrées, des actions plus rapides et plus ambitieuses pour réaliser des transformations pour que le pays ait un avenir meilleur.

Elle a demandé au gouvernement de partager les préoccupations et les priorités, puis de transférer les indications stratégiques définies par le comité pour travailler ensemble dans les deux prochains mois et mettre à jour et achever les plans de travail conjoints pour 2021, afin que les interventions de l'ONU soient ainsi alignées sur les besoins et les priorités de cette nouvelle conjoncture.