Fátima Jardim souligne la relance de la production agricole

  • Des tracteurs pour les coopératives agricoles
Rome – La représentante permanente de l'Angola auprès de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Maria de Fátima Jardim, a déclaré mardi que l'Angola avait donné la priorité à l'environnement rural pour encourager la production agricole et réduire les importations alimentaires.

Intervenant lors de la 42e Conférence de la FAO, qui se tient à Rome du 14 au 18 juin, Fátima Jardim a fait savoir que les priorités pour soutenir la transformation agricole dans les zones rurales étaient inscrites dans le Programme agricole 2021-2022 et dans l'Agenda national 2025.

 

Fátima Jardim a ajouté que les deux programmes sont « essentiels » pour éviter les obstacles à la croissance productive de l'agriculture et de la pêche, et visent également à mieux organiser la vie dans les zones rurales et leur interdépendance avec les villes.

 

Elle a expliqué que l'Exécutif soutenait également les associations et coopératives, en particulier l'agriculture familiale, créant les conditions pour l'augmentation de la production agricole et, en même temps, mène des actions de formation pour les femmes et les jeunes dans les champs écoles.

 

Selon Fátima Jardim, « le grand espoir de transformation, de modernisation et de développement agricole repose sur la jeune population rurale, motivée à se lancer dans l'entrepreneuriat et l'agrobusiness ».

 

Le Gouvernement a élargi l'expérience des centres agrogéologiques intégrés dans toutes les provinces pour soutenir les familles à travers des processus et des normes adaptés à la dimension des Objectifs de Développement Durable jusqu'en 2030, avec l'objectif de lutter contre la faim et la pauvreté.

 

« L’Exécutif soutient l'agriculture familiale, les associations et coopératives d'agriculteurs et travaille à l'amélioration des flux de produits. Nous accordons également du crédit aux programmes agro-industriels pour augmenter la production et l'offre. Nous considérons l'agro-écologie, l'utilisation de biotechnologies simples, la gestion des sols, de l'eau et des nouvelles énergies renouvelables et la décentralisation des programmes d'adaptation à l'agriculture comme des éléments qui contribuent à améliorer les revenus et la productivité des familles », a affirmé Fátima Garden.

 

 

Intervenant lors de la 42e Conférence de la FAO, qui se tient à Rome du 14 au 18 juin, Fátima Jardim a fait savoir que les priorités pour soutenir la transformation agricole dans les zones rurales étaient inscrites dans le Programme agricole 2021-2022 et dans l'Agenda national 2025.

 

Fátima Jardim a ajouté que les deux programmes sont « essentiels » pour éviter les obstacles à la croissance productive de l'agriculture et de la pêche, et visent également à mieux organiser la vie dans les zones rurales et leur interdépendance avec les villes.

 

Elle a expliqué que l'Exécutif soutenait également les associations et coopératives, en particulier l'agriculture familiale, créant les conditions pour l'augmentation de la production agricole et, en même temps, mène des actions de formation pour les femmes et les jeunes dans les champs écoles.

 

Selon Fátima Jardim, « le grand espoir de transformation, de modernisation et de développement agricole repose sur la jeune population rurale, motivée à se lancer dans l'entrepreneuriat et l'agrobusiness ».

 

Le Gouvernement a élargi l'expérience des centres agrogéologiques intégrés dans toutes les provinces pour soutenir les familles à travers des processus et des normes adaptés à la dimension des Objectifs de Développement Durable jusqu'en 2030, avec l'objectif de lutter contre la faim et la pauvreté.

 

« L’Exécutif soutient l'agriculture familiale, les associations et coopératives d'agriculteurs et travaille à l'amélioration des flux de produits. Nous accordons également du crédit aux programmes agro-industriels pour augmenter la production et l'offre. Nous considérons l'agro-écologie, l'utilisation de biotechnologies simples, la gestion des sols, de l'eau et des nouvelles énergies renouvelables et la décentralisation des programmes d'adaptation à l'agriculture comme des éléments qui contribuent à améliorer les revenus et la productivité des familles », a affirmé Fátima Garden.