L'Angola réitère sa coopération dans les hydrocarbures avec la RDC

  • Ministre des Ressources Minérales, du Pétrole et du Gaz, Diamantino Azevedo
Luanda: Le ministre des Ressources minérales, du Pétrole et du Gaz, Diamantino Azevedo, a réitéré, jeudi, l’entière disponibilité de l'Angola à travailler avec le secteur des hydrocarbures de la RDC et les entités publiques et privées de ce pays voisin.

Le gouvernant angolais, qui s'exprimait lors de la rencontre d’analyse de l'état des relations dans le secteur des hydrocarbures d’Angola et de la RDC, l'a considéré comme un mécanisme conjoint de commercialisation des produits pétroliers entre les deux pays, afin de lutter contre la fraude et la contrebande de carburant.

Lors de la réunion, la décision d'élaborer une feuille de route sur les prochaines étapes de la mise en œuvre du projet de la Zone d'Intérêt Commun (ZIC) et la création d'une commission paritaire pour son suivi technique ont mérité une attention particulière.

Les deux délégations ont encouragé leurs sociétés nationales (Sonangol et Sonahydroc) à poursuivre les discussions et à faire des propositions concrètes, ainsi qu'à tenir une nouvelle réunion en janvier 2021, dans un lieu à convenir.

Pour consolider une relation dans le secteur des hydrocarbures des deux pays, l'inventaire et l'évaluation de la ZIC ont été discutés, ainsi que la vente de produits pétroliers.
La délégation de la RDC a été conduite par le Ministre d'Etat et des Hydrocarbures de ce pays, Rubens Mikindo, tandis que celle de l'Angola par le Ministre des Ressources Minérales, du Pétrole et du Gaz, qui ont encouragé les deux sociétés nationales (Sonangol et Sonahydroc) à poursuivre les discussions et à faires des propositions concrètes.

Malgré le Covid-19, l'Angola et la RDC marquent des pas sûrs et efficaces, en tenant compte des instruments, des techniciens juridiques et autres sur les questions du secteur des hydrocarbures.
Diamantino Azevedo a dit que la réunion a montré l'engagement et le dévouement des pays envers le projet commun, au vu des dynamiques politiques et paradigmatiques existantes, générant des synergies sur l'exploration pétrolière commune des eaux profondes dans le bassin inférieur du Congo.

La rencontre a analysé le problème de l'utilisation réciproque des eaux territoriales des pays, à travers l'étude du potentiel des hydrocarbures de la ZIC et de sa viabilité économique au bénéfice des pays et des peuples.

L'accord sur l'exploration pétrolière commune des eaux du bassin inférieur du Congo a été signé en juin 2003, entre les gouvernements de l'Angola et de la RDC, qui a servi à créer un corridor maritime commun pour l'exploration pétrolière, défini par les Zones d'intérêt commun (ZIC).

Le gouvernant angolais, qui s'exprimait lors de la rencontre d’analyse de l'état des relations dans le secteur des hydrocarbures d’Angola et de la RDC, l'a considéré comme un mécanisme conjoint de commercialisation des produits pétroliers entre les deux pays, afin de lutter contre la fraude et la contrebande de carburant.

Lors de la réunion, la décision d'élaborer une feuille de route sur les prochaines étapes de la mise en œuvre du projet de la Zone d'Intérêt Commun (ZIC) et la création d'une commission paritaire pour son suivi technique ont mérité une attention particulière.

Les deux délégations ont encouragé leurs sociétés nationales (Sonangol et Sonahydroc) à poursuivre les discussions et à faire des propositions concrètes, ainsi qu'à tenir une nouvelle réunion en janvier 2021, dans un lieu à convenir.

Pour consolider une relation dans le secteur des hydrocarbures des deux pays, l'inventaire et l'évaluation de la ZIC ont été discutés, ainsi que la vente de produits pétroliers.
La délégation de la RDC a été conduite par le Ministre d'Etat et des Hydrocarbures de ce pays, Rubens Mikindo, tandis que celle de l'Angola par le Ministre des Ressources Minérales, du Pétrole et du Gaz, qui ont encouragé les deux sociétés nationales (Sonangol et Sonahydroc) à poursuivre les discussions et à faires des propositions concrètes.

Malgré le Covid-19, l'Angola et la RDC marquent des pas sûrs et efficaces, en tenant compte des instruments, des techniciens juridiques et autres sur les questions du secteur des hydrocarbures.
Diamantino Azevedo a dit que la réunion a montré l'engagement et le dévouement des pays envers le projet commun, au vu des dynamiques politiques et paradigmatiques existantes, générant des synergies sur l'exploration pétrolière commune des eaux profondes dans le bassin inférieur du Congo.

La rencontre a analysé le problème de l'utilisation réciproque des eaux territoriales des pays, à travers l'étude du potentiel des hydrocarbures de la ZIC et de sa viabilité économique au bénéfice des pays et des peuples.

L'accord sur l'exploration pétrolière commune des eaux du bassin inférieur du Congo a été signé en juin 2003, entre les gouvernements de l'Angola et de la RDC, qui a servi à créer un corridor maritime commun pour l'exploration pétrolière, défini par les Zones d'intérêt commun (ZIC).