La BNA envisage de prendre une décision sur la banque Económico

  • Le patron de la BNA, José Lima de Massano
Luanda - Le gouverneur de la Banque nationale d'Angola (BNA), José de Lima Massano, a déclaré lundi qu’il était en cours l’étude de voies et moyens pour "sauver" la banque Económico (BE), en tenant compte de la qualité de ses actifs.

"En ce qui concerne la banque Económico, nous sommes toujours à la recherche des meilleurs chemins, la BNA n'a encore pris aucune décision à ce sujet", a déclaré le directeur de la Banque centrale angolaise.

Il a ajouté qu'une gamme d'options est également maintenue, sur la base des préceptes de la Loi fondamentale de l'activité financière en vigueur, et qu'en vertu du même diplôme juridique, la BNA n'est pas en mesure d'écarter des choix.

"Aux termes de la loi susmentionnée, nous ne sommes pas en mesure de mettre en évidence les options. Ce que nous avons fait, c'est examiner les meilleures options qui continuent d'être faites", a réitéré José de Lima Massano.

 Le gouverneur de la Banque nationale d'Angola a rappelé qu'il s'agissait d'un travail qui avait débuté en 2019, après la divulgation des résultats de la qualité des actifs des banques, avec d'autres institutions similaires également incluses dans cette procédure.

 

"En ce qui concerne la banque Económico, nous sommes toujours à la recherche des meilleurs chemins, la BNA n'a encore pris aucune décision à ce sujet", a déclaré le directeur de la Banque centrale angolaise.

Il a ajouté qu'une gamme d'options est également maintenue, sur la base des préceptes de la Loi fondamentale de l'activité financière en vigueur, et qu'en vertu du même diplôme juridique, la BNA n'est pas en mesure d'écarter des choix.

"Aux termes de la loi susmentionnée, nous ne sommes pas en mesure de mettre en évidence les options. Ce que nous avons fait, c'est examiner les meilleures options qui continuent d'être faites", a réitéré José de Lima Massano.

 Le gouverneur de la Banque nationale d'Angola a rappelé qu'il s'agissait d'un travail qui avait débuté en 2019, après la divulgation des résultats de la qualité des actifs des banques, avec d'autres institutions similaires également incluses dans cette procédure.