Le forum analyse la chaîne de valeur du manioc

Luanda - Des experts de plusieurs pays et d'organisations internationales participent ce mercredi, par vidéoconférence, à un Forum sur les opportunités et les défis de la chaîne de valeur du manioc en Angola.

Promu par le ministère de l'Industrie et du Commerce, l'événement, qui sera dirigé par le titulaire du portefeuille, Victor Fernandes, comprendra des interventions de la commissaire de l'Union africaine à l'agriculture et au développement rural, Josefa Sacko, de la représentante du Fonds des Nations Unies pour l'alimentation et l’agriculture, Gherda Barreto, du ministre de l'Agriculture et de la Pêche, António Assis, et d'autres invités.

Au cours du forum, il est prévu de présenter une radiographie globale des principaux centres de production nationale de manioc, les opportunités de financement de sa chaîne de valeur, l'agro-industrialisation de ce tubercule, ainsi que le défi de l'agriculture en Angola, en se concentrant sur le transformation des producteurs autonomes en producteurs commerciaux.

Avec cet événement, l'Exécutif angolais souhaite rechercher les expériences d'autres pays, comme le Brésil, leader de la transformation du manioc, dans le TOP 15.

Cependant, les autorités veulent investir dans la transformation du manioc avec la production de «fécule de manioc», à une époque où le pays produit en moyenne 11 millions de tonnes de ce tubercule, étant aujourd'hui le troisième producteur d'Afrique, après la Nigéria et Ghana.

Le ministère de l'Industrie et du Commerce a récemment mentionné que l'Exécutif s'est engagé à créer des programmes pour utiliser et ajouter de la valeur à la production de manioc, par le biais de la Direction nationale pour le développement du commerce rural.

La stratégie consiste à créer des programmes spécifiques d'utilisation du manioc, à travers la promotion de cette «racine», ainsi que la création d'incitations à l'achat, à la transformation et à la consommation des différents sous-produits qui en dérivent.

En Angola, en plus de l'utilisation du manioc pour la production de farine de manioc (traditionnellement utilisée), le Gouvernement veut encourager sa transformation en amidon cette année, en favorisant l'émergence de petites et moyennes industries dans les zones rurales, pour son exportation à grande échelle.

Le manioc, en plus d'être un aliment nutritif, peut être transformé en amidon, qui est également utilisé dans l'industrie alimentaire, la Chine étant le principal importateur mondial.

Le plus grand producteur, le Nigéria, dirige actuellement un projet d'utilisation de l'amidon de manioc pour fabriquer des fibres biodégradables pour remplacer le plastique dans les emballages, ce qui est également un défi pour l'Angola, avec un potentiel de production dans les 18 provinces.

Promu par le ministère de l'Industrie et du Commerce, l'événement, qui sera dirigé par le titulaire du portefeuille, Victor Fernandes, comprendra des interventions de la commissaire de l'Union africaine à l'agriculture et au développement rural, Josefa Sacko, de la représentante du Fonds des Nations Unies pour l'alimentation et l’agriculture, Gherda Barreto, du ministre de l'Agriculture et de la Pêche, António Assis, et d'autres invités.

Au cours du forum, il est prévu de présenter une radiographie globale des principaux centres de production nationale de manioc, les opportunités de financement de sa chaîne de valeur, l'agro-industrialisation de ce tubercule, ainsi que le défi de l'agriculture en Angola, en se concentrant sur le transformation des producteurs autonomes en producteurs commerciaux.

Avec cet événement, l'Exécutif angolais souhaite rechercher les expériences d'autres pays, comme le Brésil, leader de la transformation du manioc, dans le TOP 15.

Cependant, les autorités veulent investir dans la transformation du manioc avec la production de «fécule de manioc», à une époque où le pays produit en moyenne 11 millions de tonnes de ce tubercule, étant aujourd'hui le troisième producteur d'Afrique, après la Nigéria et Ghana.

Le ministère de l'Industrie et du Commerce a récemment mentionné que l'Exécutif s'est engagé à créer des programmes pour utiliser et ajouter de la valeur à la production de manioc, par le biais de la Direction nationale pour le développement du commerce rural.

La stratégie consiste à créer des programmes spécifiques d'utilisation du manioc, à travers la promotion de cette «racine», ainsi que la création d'incitations à l'achat, à la transformation et à la consommation des différents sous-produits qui en dérivent.

En Angola, en plus de l'utilisation du manioc pour la production de farine de manioc (traditionnellement utilisée), le Gouvernement veut encourager sa transformation en amidon cette année, en favorisant l'émergence de petites et moyennes industries dans les zones rurales, pour son exportation à grande échelle.

Le manioc, en plus d'être un aliment nutritif, peut être transformé en amidon, qui est également utilisé dans l'industrie alimentaire, la Chine étant le principal importateur mondial.

Le plus grand producteur, le Nigéria, dirige actuellement un projet d'utilisation de l'amidon de manioc pour fabriquer des fibres biodégradables pour remplacer le plastique dans les emballages, ce qui est également un défi pour l'Angola, avec un potentiel de production dans les 18 provinces.