Député veut un service plus humain à la BPC

  • BPC
Huambo - Le coordinateur des députés de l'Assemblée nationale du cycle provincial de Huambo, Armando Capunda, a appelé mercredi les employés de la Banque d'épargne et crédit (BPC sigle en portugais) à offrir un service plus humanisé et efficace, pour éviter les foules et les plaintes.

S’exprimant après une visite de constatation de la succursale centrale de la BPC à Huambo, où il a écouté les responsables des agences locales, il a déclaré qu'il était  essentiel que BPC révise ses façons de servir les clients, ainsi que disposer d’un système informatique, pour éviter les foules inutiles.

Armando Capunda a déploré le fait que de nombreuses personnes âgées et personnes handicapées passent plusieurs heures ou jours dans les files des succursales de BPC, pour obtenir leur pension ou un relevé bancaire, principalement,  motivé par l'absence d’une organisation interne efficace, en plus de problèmes informatiques.

Comme solution, le parlementaire conseille la mise en place d'une coordination efficace entre les administrations municipales, en transmettant les informations sur la disponibilité des salaires des anciens combattants et des autorités traditionnelles, avec la direction de la banque.

 «Il est malheureux de voir chaque jour les personnes âgées, les autorités traditionnelles et les anciens combattants passer plusieurs heures dans les files des banques, après avoir parcouru de longues distances», a conclu le député.

S’exprimant après une visite de constatation de la succursale centrale de la BPC à Huambo, où il a écouté les responsables des agences locales, il a déclaré qu'il était  essentiel que BPC révise ses façons de servir les clients, ainsi que disposer d’un système informatique, pour éviter les foules inutiles.

Armando Capunda a déploré le fait que de nombreuses personnes âgées et personnes handicapées passent plusieurs heures ou jours dans les files des succursales de BPC, pour obtenir leur pension ou un relevé bancaire, principalement,  motivé par l'absence d’une organisation interne efficace, en plus de problèmes informatiques.

Comme solution, le parlementaire conseille la mise en place d'une coordination efficace entre les administrations municipales, en transmettant les informations sur la disponibilité des salaires des anciens combattants et des autorités traditionnelles, avec la direction de la banque.

 «Il est malheureux de voir chaque jour les personnes âgées, les autorités traditionnelles et les anciens combattants passer plusieurs heures dans les files des banques, après avoir parcouru de longues distances», a conclu le député.