Endiama détient désormais 41% des actions de Catoca

  • Diamants d'Angola
Luanda – L’entreprise nationale de diamants - Endiama, détient actuellement 41% des actions de la société minière de Catoca (SMC), avec la conclusion du rachat partiel des actions du groupe "Odebrecht Angola".

Endiama détenait 32,8% des actions de SMC et a acheté 8,2% d’Odebrecht Angola pour une montant de 70 millions de dollars (environ 45,5 milliards de Kwanzas).

En 2017, l’Odebrecht Angola avait annoncé la vente de ses actions, équivalant à 16,4%. Le groupe Alrosa, un autre actionnaire de SMC, a également acquis 8,2%, à l'instar d'Endiama, qui en détient désormais également 41%.

Bien qu'il ait exprimé son intention en 2017, ce n'est qu'en janvier 2018 qu'un décret présidentiel a autorisé l'accord. À l'époque, l'actionnaire Odebrecht a justifié qu'elle se concentrerait uniquement sur ses projets d'infrastructures.

L'acquisition de la part d'Odebrecht Angola, selon un communiqué d'Endiama EP auquel l’ANGOP a eu accès aujourd'hui, fait partie de sa stratégie, qui vise à revenir à sa propre production, ainsi qu'à renforcer le capital social cette compagnie de diamant dans les sociétés minières de Lunhinga, Luminas, Chimbongo et Camutué (actuellement société minière de Kixepa).

L'opération d'achat a été réalisée en utilisant les capitaux propres de Endiama Angola, indique la note, citant l'administrateur de la géologie et du développement des mines, Ana Feijó.

La mine Catoca peut être évaluée à plus de 1,818 millions de dollars à l'heure actuelle.

Avec le départ d'Odebrecht Angola, SMC est devenue actionnaires d'Endiama et d'Alrosa, toutes deux détenant 41% du capital, et de chinois Leviev Internacional - LLI Holding BV, a 18%.

Catoca est responsable de l'extraction de plus de 75% des diamants en Angola. Aujourd'hui 21 janvier, l'entreprise commémore ses 26 ans d'existence.

Endiama détenait 32,8% des actions de SMC et a acheté 8,2% d’Odebrecht Angola pour une montant de 70 millions de dollars (environ 45,5 milliards de Kwanzas).

En 2017, l’Odebrecht Angola avait annoncé la vente de ses actions, équivalant à 16,4%. Le groupe Alrosa, un autre actionnaire de SMC, a également acquis 8,2%, à l'instar d'Endiama, qui en détient désormais également 41%.

Bien qu'il ait exprimé son intention en 2017, ce n'est qu'en janvier 2018 qu'un décret présidentiel a autorisé l'accord. À l'époque, l'actionnaire Odebrecht a justifié qu'elle se concentrerait uniquement sur ses projets d'infrastructures.

L'acquisition de la part d'Odebrecht Angola, selon un communiqué d'Endiama EP auquel l’ANGOP a eu accès aujourd'hui, fait partie de sa stratégie, qui vise à revenir à sa propre production, ainsi qu'à renforcer le capital social cette compagnie de diamant dans les sociétés minières de Lunhinga, Luminas, Chimbongo et Camutué (actuellement société minière de Kixepa).

L'opération d'achat a été réalisée en utilisant les capitaux propres de Endiama Angola, indique la note, citant l'administrateur de la géologie et du développement des mines, Ana Feijó.

La mine Catoca peut être évaluée à plus de 1,818 millions de dollars à l'heure actuelle.

Avec le départ d'Odebrecht Angola, SMC est devenue actionnaires d'Endiama et d'Alrosa, toutes deux détenant 41% du capital, et de chinois Leviev Internacional - LLI Holding BV, a 18%.

Catoca est responsable de l'extraction de plus de 75% des diamants en Angola. Aujourd'hui 21 janvier, l'entreprise commémore ses 26 ans d'existence.