Endiama réitère la vente de l’hôtel Diamante et la compagnie Enditrade

  • Un diamant de plus de 100 carats
Luanda – L’hôtel Diamante et la compagnie Enditrade seront privatisés cette année, afin d’assurer une plus grande rentabilité et la dynamisation de l’économie nationale, a annoncé vendredi, le président du Conseil de l’administration du Groupe Endiama, José Ganga Júnior.

Endiama détient 70% d’actions de l’hôtel Diamante et 50% de la compagnie Enditrade - partie logistique du sous-secteur minier. Cette annonce de privatisation a été diffusée depuis 2019.

 

Selon José Manuel Ganga, qui a fourni cette information lors de l'évaluation des activités de la Société nationale du diamant d'Angola (Endiama) en 2020, a déclaré que l'institution ne va pas garantir le maintien des postes de travail dans les deux entreprises.

 

Bien qu’il y ait des problèmes opérationnels à résoudre, José Ganga Júnior reste convaincu, que cette unité hôtelière soit déjà détachée cette année de l’Endiama."Il en sera de même avec la filiale Enditrade, qui figure également sur la liste des privatisations (...)", a-t-il renforcé.

 

En ce qui concerne le prestataire de services de sécurité - ALFA 5, a-t-il déclaré,"nous pensons le maintenir dans le Groupe, mais à travers une participation minoritaire, réduisant le capital de 70 à 30 %".

 

"La clinique Sagrada Esperança, située sur l'île de Luanda ne sera pas privatisée" - a-t-il précisé.

 

 

 

 

 

Endiama détient 70% d’actions de l’hôtel Diamante et 50% de la compagnie Enditrade - partie logistique du sous-secteur minier. Cette annonce de privatisation a été diffusée depuis 2019.

 

Selon José Manuel Ganga, qui a fourni cette information lors de l'évaluation des activités de la Société nationale du diamant d'Angola (Endiama) en 2020, a déclaré que l'institution ne va pas garantir le maintien des postes de travail dans les deux entreprises.

 

Bien qu’il y ait des problèmes opérationnels à résoudre, José Ganga Júnior reste convaincu, que cette unité hôtelière soit déjà détachée cette année de l’Endiama."Il en sera de même avec la filiale Enditrade, qui figure également sur la liste des privatisations (...)", a-t-il renforcé.

 

En ce qui concerne le prestataire de services de sécurité - ALFA 5, a-t-il déclaré,"nous pensons le maintenir dans le Groupe, mais à travers une participation minoritaire, réduisant le capital de 70 à 30 %".

 

"La clinique Sagrada Esperança, située sur l'île de Luanda ne sera pas privatisée" - a-t-il précisé.