L'Etat lève plus de 450 milliards de Kwanzas avec PROPRIV

  • Pormenor da zona industrial da Boa Vista (Foto ilustração)
Luanda – L'État angolais a perçu 455 milliards de kwanzas avec la vente de 41 actifs, dans le cadre du Programme de privatisations (PROPRIV), en cours dans le pays depuis 2019.

Il s'agit de six sociétés de référence, six autres appartenant au groupe Sonangol, 17 unités industrielles à la Zone Economique Spéciale (ZEE, sigle en portugais), l’adjudication des exploitations agricoles, en plus de 12 participations.

Selon le secrétaire d'État aux Finances et au Trésor, Ottoniel Santos, outre la somme collectée, 8,5 milliards de kwanzas restent à payer.

Les entrepreneurs défaillants, a-t-il souligné, bénéficient de l'échéancier de paiement, qui s’étend jusqu'à la fin du processus de vente d'actifs, en 2022.

Au total, l'Etat envisage de privatiser 97 actifs, d'une valeur de plus de 806 milliards de kwanzas.

Il a ajouté que le gouvernement annoncerait, dans les prochains jours, dans le cadre du programme de privatisation, des entreprises et des actifs des secteurs financier, des assurances, industriel, entre autres, à privatiser.

Parmi les entreprises mentionnées à privatiser, il y en a 32 dans les secteurs des ressources minérales et du pétrole, des télécommunications et des technologies de l'information, des transports, des finances, de l'hôtellerie et du tourisme, de l'agriculture et de l'industrie.

Parmi les entreprises que l'État envisage d’aliéner, se distinguent la compagnie pétrolière Sonangol, la compagnie nationale de transport aérien TAAG, la Poste angolaise, Angola Telecom, la compagnie nationale d'assurance d'Angola (ENSA), la société nationale de diamants d’Angola (Endiama), ainsi que des participations dans l'opérateur Unitel, dans les banques de Commerce et d'Industrie (BCI) et Economique (BE), dans la cimenterie Nova Cimangola, dans la Bourse de valeurs d'Angola (BODIVA), la société Mota-Engil Angola, parmi autres.

Il s'agit de six sociétés de référence, six autres appartenant au groupe Sonangol, 17 unités industrielles à la Zone Economique Spéciale (ZEE, sigle en portugais), l’adjudication des exploitations agricoles, en plus de 12 participations.

Selon le secrétaire d'État aux Finances et au Trésor, Ottoniel Santos, outre la somme collectée, 8,5 milliards de kwanzas restent à payer.

Les entrepreneurs défaillants, a-t-il souligné, bénéficient de l'échéancier de paiement, qui s’étend jusqu'à la fin du processus de vente d'actifs, en 2022.

Au total, l'Etat envisage de privatiser 97 actifs, d'une valeur de plus de 806 milliards de kwanzas.

Il a ajouté que le gouvernement annoncerait, dans les prochains jours, dans le cadre du programme de privatisation, des entreprises et des actifs des secteurs financier, des assurances, industriel, entre autres, à privatiser.

Parmi les entreprises mentionnées à privatiser, il y en a 32 dans les secteurs des ressources minérales et du pétrole, des télécommunications et des technologies de l'information, des transports, des finances, de l'hôtellerie et du tourisme, de l'agriculture et de l'industrie.

Parmi les entreprises que l'État envisage d’aliéner, se distinguent la compagnie pétrolière Sonangol, la compagnie nationale de transport aérien TAAG, la Poste angolaise, Angola Telecom, la compagnie nationale d'assurance d'Angola (ENSA), la société nationale de diamants d’Angola (Endiama), ainsi que des participations dans l'opérateur Unitel, dans les banques de Commerce et d'Industrie (BCI) et Economique (BE), dans la cimenterie Nova Cimangola, dans la Bourse de valeurs d'Angola (BODIVA), la société Mota-Engil Angola, parmi autres.