L'État ne connaît pas les capacités réelles des entreprises en matière de marchés publics

  • Ordures dans la ville de Luanda et de l'eau stagnante après la pluie
Luanda - La directrice générale adjointe du Service national des marchés publics (SNCP), du ministère des Finances, Roberta Malaquias, a déclaré lundi que les entités adjudicatrices publiques ignorent généralement les capacités techniques des entreprises candidats aux appels d'offres publics.

La responsable a fait ces déclarations quand elle s’adressait à la Radio nationale d'Angola, concernant les allégations des citoyens de Luanda qui soulignent l'incapacité des entreprises gagnantes de l'appel d'offres public pour le nettoyage de la province.

Selon Roberta Malaquias, lors de la passation des marchés publics, les entités adjudicatrices publiques croient en l'aptitude et la bonne foi des entreprises concurrentes, qui se soumettent aux procédures d'appel d'offres.

Roberta Malaquias a également expliqué que le choix de la procédure est basé sur une valeur estimée de l'offre et qu'une fois choisie, cette procédure accompagnera l'ensemble du processus de formation du marché public.

Dans le cadre de l'appel d'offres public, le Gouvernorat de la province de Luanda (GPL) a sélectionné sept opérateurs pour nettoyer la capitale du pays.

Il s'agit de l’Entreprise de Nettoyage et Assainissement de Luanda (ELISAL-EP), indiquée pour les municipalités de Luanda et Cazenga, ER-Sol (Icolo e Bengo), Sambiente (Quiçama et Viana), Multilimpeza (Cacuaco), Jump Business (Belas) et Chay Chay (Kilamba Kiaxi), ainsi que le Consortium Dassala / Envirobac (Talatona).

La province de Luanda produit au moins six mille 800 tonnes de déchets solides par jour, qui étaient collectés jusqu’en 2020, par six opérateurs. Depuis janvier dernier, la collecte d’ordures se fait «par intermittence», ce qui a entraîné une importante accumulation de déchets solides dans pratiquement toutes les municipalités.

Le Gouvernorat de Luanda encourage des campagnes de nettoyage, avec la participation de la société civile, pour minimiser les dégâts, jusqu'à ce que les nouveaux opérateurs parviennent à rendre l'image précédente de la capitale du pays, où vivent plus de sept millions de personnes.

La responsable a fait ces déclarations quand elle s’adressait à la Radio nationale d'Angola, concernant les allégations des citoyens de Luanda qui soulignent l'incapacité des entreprises gagnantes de l'appel d'offres public pour le nettoyage de la province.

Selon Roberta Malaquias, lors de la passation des marchés publics, les entités adjudicatrices publiques croient en l'aptitude et la bonne foi des entreprises concurrentes, qui se soumettent aux procédures d'appel d'offres.

Roberta Malaquias a également expliqué que le choix de la procédure est basé sur une valeur estimée de l'offre et qu'une fois choisie, cette procédure accompagnera l'ensemble du processus de formation du marché public.

Dans le cadre de l'appel d'offres public, le Gouvernorat de la province de Luanda (GPL) a sélectionné sept opérateurs pour nettoyer la capitale du pays.

Il s'agit de l’Entreprise de Nettoyage et Assainissement de Luanda (ELISAL-EP), indiquée pour les municipalités de Luanda et Cazenga, ER-Sol (Icolo e Bengo), Sambiente (Quiçama et Viana), Multilimpeza (Cacuaco), Jump Business (Belas) et Chay Chay (Kilamba Kiaxi), ainsi que le Consortium Dassala / Envirobac (Talatona).

La province de Luanda produit au moins six mille 800 tonnes de déchets solides par jour, qui étaient collectés jusqu’en 2020, par six opérateurs. Depuis janvier dernier, la collecte d’ordures se fait «par intermittence», ce qui a entraîné une importante accumulation de déchets solides dans pratiquement toutes les municipalités.

Le Gouvernorat de Luanda encourage des campagnes de nettoyage, avec la participation de la société civile, pour minimiser les dégâts, jusqu'à ce que les nouveaux opérateurs parviennent à rendre l'image précédente de la capitale du pays, où vivent plus de sept millions de personnes.