Des exportations du pétrole avec un chiffre d'affaires brut de 6,73 millions USD

  • Plateforme pétrolière offshore
Luanda - Les revenus bruts des exportations de pétrole ont atteint 6,73 millions de dollars, avec la vente de 97,998 millions de barils de brut, au cours du deuxième trimestre de cette année, soit une augmentation de 0,11% par rapport aux trois premiers mois de l'année.

Le volume exporté correspondait à environ un million 77 mille barils par jour, évalué à un prix moyen pondéré de 68 625 dollars le baril, selon les données publiées ce jeudi par le ministère des Ressources minérales, du Pétrole et du Gaz.

Par rapport au premier trimestre de la même période, les volumes d'exportation ont diminué de 13,89 %.

Les résultats sur l'exportation de pétrole et de gaz dans la période sous revue ont été présentés par le secrétaire d'État au Pétrole, José Barroso, qui a souligné la hausse du prix à environ 70 USD, influencée par les baisses de production de l'OPEP +, la reprise de l'économie mondiale, l'augmentation de la demande mondiale, ainsi que l'action mondiale de vaccination contre le Covid-19.

Ont été à la tête des exportations, Dália avec 11,57 %, Moutarde avec 10,77 %, Nemba avec 9,63 %, Cabinda avec 8,60 % et Girassol avec 8,21 %, sur un total de 18 succursales.

Toujours selon le rapport, le prix moyen d'exportation a augmenté de 151,85 % par rapport à la période de 2020, qui était à l'époque de 27 248 USD le baril.

Par rapport au premier trimestre de cette année 2021, il y a eu une augmentation de 11,25 %, une période au cours de laquelle le prix a été fixé à 61 683 dollars le baril.

La Chine maintient comme destination principale

La République de Chine reste la principale destination des exportations pétrolières de l'Angola avec 72,85 % des volumes vendus.

Après la Chine, suivent l'Inde avec 5,85 % et Singapour avec 3,88 %, la Thaïlande avec 3,01 %, le Japon avec 0,96 %, l'Indonésie avec 2,87 %, tous les pays asiatiques.

Sur la liste des destinations du brut angolais figurent également le Chili, avec 2,89, les États-Unis d'Amérique avec 1,98 %, l'Afrique du Sud, avec 0,97 %, et à parts égales le Portugal et l'Uruguay, avec 0,9 %.

Le volume exporté correspondait à environ un million 77 mille barils par jour, évalué à un prix moyen pondéré de 68 625 dollars le baril, selon les données publiées ce jeudi par le ministère des Ressources minérales, du Pétrole et du Gaz.

Par rapport au premier trimestre de la même période, les volumes d'exportation ont diminué de 13,89 %.

Les résultats sur l'exportation de pétrole et de gaz dans la période sous revue ont été présentés par le secrétaire d'État au Pétrole, José Barroso, qui a souligné la hausse du prix à environ 70 USD, influencée par les baisses de production de l'OPEP +, la reprise de l'économie mondiale, l'augmentation de la demande mondiale, ainsi que l'action mondiale de vaccination contre le Covid-19.

Ont été à la tête des exportations, Dália avec 11,57 %, Moutarde avec 10,77 %, Nemba avec 9,63 %, Cabinda avec 8,60 % et Girassol avec 8,21 %, sur un total de 18 succursales.

Toujours selon le rapport, le prix moyen d'exportation a augmenté de 151,85 % par rapport à la période de 2020, qui était à l'époque de 27 248 USD le baril.

Par rapport au premier trimestre de cette année 2021, il y a eu une augmentation de 11,25 %, une période au cours de laquelle le prix a été fixé à 61 683 dollars le baril.

La Chine maintient comme destination principale

La République de Chine reste la principale destination des exportations pétrolières de l'Angola avec 72,85 % des volumes vendus.

Après la Chine, suivent l'Inde avec 5,85 % et Singapour avec 3,88 %, la Thaïlande avec 3,01 %, le Japon avec 0,96 %, l'Indonésie avec 2,87 %, tous les pays asiatiques.

Sur la liste des destinations du brut angolais figurent également le Chili, avec 2,89, les États-Unis d'Amérique avec 1,98 %, l'Afrique du Sud, avec 0,97 %, et à parts égales le Portugal et l'Uruguay, avec 0,9 %.