Le gestionnaire du port de Luanda décourage les pratiques de corruption

  • Le port de Luanda
Luanda - Le président par intérim du conseil d'administration du port de Luanda, Miguel Pipa, a appelé, jeudi, dans la capitale du pays, les gestionnaires publics à adopter de bonnes pratiques dissociées des actes de corruption, afin de relever les défis actuels , basés sur la gestion transparente et honnête des biens publics.

S'exprimant lors d'un atelier sur la « Lutte contre la corruption », dans un acte inclus dans les commémorations du 76e anniversaire du port de Luanda, ainsi que dans la promotion de bonnes pratiques de gestion publique, le responsable a dit que « cette action retarde et bureaucratise l'économie et le développement du pays ».

Dans son discours lors de la session destinées aux employés et aux institutions de l'État et du secteur privé, Miguel Pipa a souligné le lancement du Code d'éthique au niveau de la société portuaire susmentionnée, soulignant que, en fait, les bases qui soutiendront la les actions menées ont été créées par l'institution.

«Dans la relation avec les clients et prestataires internes et externes, l'action repose sur le principe de responsabilité, d'intégrité, de transparence, de respect, de confidentialité et de secret, valeurs incarnées dans des outils tels que le Code de déontologie et son règlement », a indiqué le PCA en exercice du Port de Luanda.

À son tour, le magistrat du ministère public, Deodato Paím, a rappelé aux invités que, à ce sujet, l'Angola dispose de plusieurs diplômes qui inhibent la corruption, en mettant l'accent sur la loi de probité publique (nº 3/2010, du 29 mars) , qui traite du principe du respect pour le patrimoine public (art.7), où le gestionnaire doit s'abstenir de pratiques qui nuisent au bien de l'Etat.

S'exprimant lors d'un atelier sur la « Lutte contre la corruption », dans un acte inclus dans les commémorations du 76e anniversaire du port de Luanda, ainsi que dans la promotion de bonnes pratiques de gestion publique, le responsable a dit que « cette action retarde et bureaucratise l'économie et le développement du pays ».

Dans son discours lors de la session destinées aux employés et aux institutions de l'État et du secteur privé, Miguel Pipa a souligné le lancement du Code d'éthique au niveau de la société portuaire susmentionnée, soulignant que, en fait, les bases qui soutiendront la les actions menées ont été créées par l'institution.

«Dans la relation avec les clients et prestataires internes et externes, l'action repose sur le principe de responsabilité, d'intégrité, de transparence, de respect, de confidentialité et de secret, valeurs incarnées dans des outils tels que le Code de déontologie et son règlement », a indiqué le PCA en exercice du Port de Luanda.

À son tour, le magistrat du ministère public, Deodato Paím, a rappelé aux invités que, à ce sujet, l'Angola dispose de plusieurs diplômes qui inhibent la corruption, en mettant l'accent sur la loi de probité publique (nº 3/2010, du 29 mars) , qui traite du principe du respect pour le patrimoine public (art.7), où le gestionnaire doit s'abstenir de pratiques qui nuisent au bien de l'Etat.