La Banque mondiale accorde un crédit de 150 millions de dollars à l'Angola

  • La ministre des Finances, Vera Daves
Luanda - Le gouvernement angolais et la Banque mondiale (BM) ont signé jeudi, à Luanda, un accord de financement d'une valeur de 150 millions de dollars US, pour faciliter l'achat de vaccins, dans le cadre du processus de prévention du covid-19.

A cette occasion, la ministre des Finances, Vera Daves, a souligné le partenariat entre le Gouvernement angolais et la BM, qui se traduit par de grandes réalisations dans des domaines stratégiques, pour le développement économique et social de l'Angola.

Elle a assuré que le ministère des Finances allait œuvrer pour que les premiers décaissements aient lieu le plus tôt possible.

Selon Vera Daves, les meilleures solutions possibles sont assurées pour ce financement afin de lutter contre la propagation du Covid-19, en mettant l'accent sur la vaccination.

Elle a promis la bonne mobilisation des ressources pour lutter contre le Covid-19, par la signature de conventions de financement, ainsi que par la mobilisation de ressources extraordinaires du Trésor pour soutenir, à travers le Ministère de la Santé, la lutte de l'Exécutif contre le Covid -19 et les grandes endémiques.

La ministre des Finances a appelé la société civile et les citoyens en général à rejoindre les postes de vaccination.

À son tour, la ministre de la Santé, Sílvia Lutucuta, a souligné l'engagement des ministères des Finances, de la Santé et de la Banque Mondiale, qui ont travaillé de manière intégrée, car ils ont réalisé le besoin du pays et l'importance de la vaccination pour sauver des vies.

« …Nous avons notre population éligible de 15,8 millions d'habitants, selon le type de vaccin, on peut déjà parler de plus de 30 millions de doses de vaccin », a-t-elle déclaré.

Sílvia Lutucuta a indiqué que l'objectif était de vacciner 60% de la population éligible d'ici la fin de l'année, mais le gouvernement envisage d’atteindre 100% et vacciner les mineurs de 12 ans.

Selon la ministre, le financement comporte trois volets fondamentaux, l'acquisition de vaccins, la surveillance épidémiologique (surveillance, laboratoire, prise en charge des cas, biosécurité, réactifs des tests nécessaires et équipements, renforcement de la chaîne du froid) et l'opérationnalisation des campagnes de vaccination.

Elle a souligné que l'Angola continuera à travailler avec la Banque Mondiale qui est un partenaire stratégique pour le secteur.

A son tour, le représentant de la Banque mondiale en Angola, Jean-Christophe Carret, a déclaré que le gouvernement angolais et la BM travaillaient pour mener à bien ce projet.

Il a dit avoir constaté que le gouvernement de l'Angola déployait tous les efforts pour vacciner sa population, visant à atteindre une couverture supérieure à 50%.

« En tant que directeur de la BM en Angola, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour aider le gouvernement à réaliser son desideratum », a-t-il assuré.

A cette occasion, la ministre des Finances, Vera Daves, a souligné le partenariat entre le Gouvernement angolais et la BM, qui se traduit par de grandes réalisations dans des domaines stratégiques, pour le développement économique et social de l'Angola.

Elle a assuré que le ministère des Finances allait œuvrer pour que les premiers décaissements aient lieu le plus tôt possible.

Selon Vera Daves, les meilleures solutions possibles sont assurées pour ce financement afin de lutter contre la propagation du Covid-19, en mettant l'accent sur la vaccination.

Elle a promis la bonne mobilisation des ressources pour lutter contre le Covid-19, par la signature de conventions de financement, ainsi que par la mobilisation de ressources extraordinaires du Trésor pour soutenir, à travers le Ministère de la Santé, la lutte de l'Exécutif contre le Covid -19 et les grandes endémiques.

La ministre des Finances a appelé la société civile et les citoyens en général à rejoindre les postes de vaccination.

À son tour, la ministre de la Santé, Sílvia Lutucuta, a souligné l'engagement des ministères des Finances, de la Santé et de la Banque Mondiale, qui ont travaillé de manière intégrée, car ils ont réalisé le besoin du pays et l'importance de la vaccination pour sauver des vies.

« …Nous avons notre population éligible de 15,8 millions d'habitants, selon le type de vaccin, on peut déjà parler de plus de 30 millions de doses de vaccin », a-t-elle déclaré.

Sílvia Lutucuta a indiqué que l'objectif était de vacciner 60% de la population éligible d'ici la fin de l'année, mais le gouvernement envisage d’atteindre 100% et vacciner les mineurs de 12 ans.

Selon la ministre, le financement comporte trois volets fondamentaux, l'acquisition de vaccins, la surveillance épidémiologique (surveillance, laboratoire, prise en charge des cas, biosécurité, réactifs des tests nécessaires et équipements, renforcement de la chaîne du froid) et l'opérationnalisation des campagnes de vaccination.

Elle a souligné que l'Angola continuera à travailler avec la Banque Mondiale qui est un partenaire stratégique pour le secteur.

A son tour, le représentant de la Banque mondiale en Angola, Jean-Christophe Carret, a déclaré que le gouvernement angolais et la BM travaillaient pour mener à bien ce projet.

Il a dit avoir constaté que le gouvernement de l'Angola déployait tous les efforts pour vacciner sa population, visant à atteindre une couverture supérieure à 50%.

« En tant que directeur de la BM en Angola, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour aider le gouvernement à réaliser son desideratum », a-t-il assuré.