Le groupe Arcor investit 45 millions de dollars dans une biscuiterie

  • Centre-ville de Lubango
Luanda - Le groupe argentin Arcor commencera à produire des produits de confiserie en Angola à partir de 2021, pour un investissement estimé à 45 millions de dollars américains.

Le projet devrait produire 6 000 tonnes de produits de différentes marques chaque année, y compris des biscuits et d'autres produits de confiserie, tels que des chocolats.

L'ambassadeur d'Argentine accrédité en Angola, Alejandro Guillermo Vierdier, qui a été reçu en audience par le président du conseil d'administration de l'Agence pour l'investissement privé et la promotion des exportations (AIPEX), António Henriques, a déclaré que l'usine devrait créer 500 emplois directs.

S'adressant à la presse, à l'issue de la réunion avec le PCA de l'AIPEX, le diplomate a dit que la mise en place de la première usine Arcor en dehors de l'Amérique latine est d'une grande importance pour le Groupe.

Selon lui, l'objectif, en plus du marché angolais, est d'exporter la production future vers les pays voisins, en Afrique australe.

L'unité industrielle est située dans la zone économique spéciale de Luanda / Bengo et est «à un stade avancé de mise en œuvre», avec son inauguration prévue en novembre de cette année.

Le groupe argentin Arcor est né en 1951 et est présent dans plusieurs continents avec des unités industrielles dans plus de 40 pays.

D’autre part, les hommes d'affaires marocains ont exprimé, par l'intermédiaire de leur ambassadrice accréditée en Angola, Saadia El Alaqui, un intérêt à investir dans des domaines tels que les énergies renouvelables, l'agroalimentaire et la pêche.

La diplomate a fait part de ces considérations à la presse, peu de temps après la rencontre de courtoisie avec le PCA de l’AIPEX, António Henriques.

Le projet devrait produire 6 000 tonnes de produits de différentes marques chaque année, y compris des biscuits et d'autres produits de confiserie, tels que des chocolats.

L'ambassadeur d'Argentine accrédité en Angola, Alejandro Guillermo Vierdier, qui a été reçu en audience par le président du conseil d'administration de l'Agence pour l'investissement privé et la promotion des exportations (AIPEX), António Henriques, a déclaré que l'usine devrait créer 500 emplois directs.

S'adressant à la presse, à l'issue de la réunion avec le PCA de l'AIPEX, le diplomate a dit que la mise en place de la première usine Arcor en dehors de l'Amérique latine est d'une grande importance pour le Groupe.

Selon lui, l'objectif, en plus du marché angolais, est d'exporter la production future vers les pays voisins, en Afrique australe.

L'unité industrielle est située dans la zone économique spéciale de Luanda / Bengo et est «à un stade avancé de mise en œuvre», avec son inauguration prévue en novembre de cette année.

Le groupe argentin Arcor est né en 1951 et est présent dans plusieurs continents avec des unités industrielles dans plus de 40 pays.

D’autre part, les hommes d'affaires marocains ont exprimé, par l'intermédiaire de leur ambassadrice accréditée en Angola, Saadia El Alaqui, un intérêt à investir dans des domaines tels que les énergies renouvelables, l'agroalimentaire et la pêche.

La diplomate a fait part de ces considérations à la presse, peu de temps après la rencontre de courtoisie avec le PCA de l’AIPEX, António Henriques.