Huíla pourrait devenir un centre de développement de l'aquaculture

  • Pesca Artesanal
  • Secrétariat d'État à la pêche, Esperança da Costa, constate les progrès du secteur à Huíla
Lubango (Angola) - La province de Huíla pourrait devenir, dans les trois prochaines années, un centre de développement de l'aquaculture, si des investissements sont consentis pour tirer parti de son potentiel hydrique.

En plus des rivières de cours permanent qui traversent son territoire, telles que Cunene, Cubango, Catumbela, Caculuvar, Mbole, Kutato, Calonga, Qué, Cuando, Kolui, Kalonga, Cusse, Calai, Chipumpunhino, Cutembo, Cuvangu, la province compte sur un bassin de lacs et de lagunes qui, avec l'investissement, deviendra puissant dans la production de poisson.

Le défi a été lancé, vendredi, par la secrétaire d'État à la pêche, Esperança da Costa, à l'issue d'une visite de trois jours dans la province, pour évaluer l'avancement des projets liés à l'exploitation des ressources dans le secteur de l’aquaculture et de la pêche continentale.

Selon la responsable, ce facteur favorisera la production aquacole à grande échelle et créera plus d'emplois, tout en garantissant la durabilité des familles.

Elle a informé que le gouvernement envisage un financement pour soutenir la mise en œuvre de ce projet.

Concernant la zone de pêche de Chiwa, à Cacula, la gouvernante a salué la position de la population, engagée dans le développement de la pisciculture dans cette région, mais a admis avoir besoin de moyens de travail qui seront fournis par le ministère.

En plus des rivières de cours permanent qui traversent son territoire, telles que Cunene, Cubango, Catumbela, Caculuvar, Mbole, Kutato, Calonga, Qué, Cuando, Kolui, Kalonga, Cusse, Calai, Chipumpunhino, Cutembo, Cuvangu, la province compte sur un bassin de lacs et de lagunes qui, avec l'investissement, deviendra puissant dans la production de poisson.

Le défi a été lancé, vendredi, par la secrétaire d'État à la pêche, Esperança da Costa, à l'issue d'une visite de trois jours dans la province, pour évaluer l'avancement des projets liés à l'exploitation des ressources dans le secteur de l’aquaculture et de la pêche continentale.

Selon la responsable, ce facteur favorisera la production aquacole à grande échelle et créera plus d'emplois, tout en garantissant la durabilité des familles.

Elle a informé que le gouvernement envisage un financement pour soutenir la mise en œuvre de ce projet.

Concernant la zone de pêche de Chiwa, à Cacula, la gouvernante a salué la position de la population, engagée dans le développement de la pisciculture dans cette région, mais a admis avoir besoin de moyens de travail qui seront fournis par le ministère.