Le ministre d'État défend les partenariats stratégiques entre entrepreneurs

  • Le ministre d'État à la Coordination économique, Manuel Nunes Júnior
Luanda - Le ministre d'État à la Coordination économique, Manuel Nunes Júnior, a exhorté jeudi, à Luanda, les hommes d'affaires nationaux à établir des relations de partenariat stratégique avec des opérateurs économiques de pays dotés de connaissances et de technologies avancées, comme la Chine, afin d'augmenter la production nationale, diminuer les importations et promouvoir les exportations.

S'exprimant de la cérémonie de prise de fonction des organes directeurs de la Chambre de commerce Angola-Chine (CAC), le gouvernant a également appelé les opérateurs économiques à attirer les investissements chinois qui augmentent la vitesse et la qualité du processus de diversification économique en Angola.

 Il a déclaré que la CAC devrait jouer un rôle fondamental dans la promotion de la relation de complémentarités stratégiques entre les entreprises angolaises et chinoises, afin que les connaissances et la technologie de pointe des Asiatiques puissent être rapidement exploitées.

«La connaissance et la technologie sont les facteurs décisifs du développement et de la prospérité des nations. Par conséquent, il est nécessaire de promouvoir les investissements chinois en Angola», a-t-il admis.

L'investissement de la Chine sera toujours le bienvenu dans notre pays, pour financer des projets de développement et apporter un savoir-faire et une technologie de pointe », a-t-il affirmé.

Il a déclaré que le Gouvernement angolais faisait tout pour améliorer le climat des affaires dans le pays et rendre le processus d'investissement en Angola plus rapide et plus efficace.

 "Nous ne voulons pas que l'Angola soit vu par le monde comme un pays avec une trajectoire de croissance appauvrissante, c'est-à-dire un pays passif et soumis à des relations de sous-traitance dépendantes", a-t-il souligné.

Ce scénario, a-t-il dit, ne peut être évité que si l'Angola émerge dans le monde avec une compétitivité dans certains secteurs de l'économie, misant sur la différenciation et la qualité des produits locaux.

 Il a souligné le développement de secteurs tels que l'agriculture, l'industrie, le tourisme, la pêche, la construction civile, entre autres domaines qui contribuent à diversifier les sources de revenus, visant à atteindre des niveaux de croissance économique durable et efficace, comme les principaux défis du Gouvernement angolais.

Le dirigeant a déclaré que, bien qu'étant une année très difficile pour les économies de plusieurs pays du monde, en 2020, l'Angola a enregistré une croissance de 5 pour cent dans le secteur agricole.

S'exprimant de la cérémonie de prise de fonction des organes directeurs de la Chambre de commerce Angola-Chine (CAC), le gouvernant a également appelé les opérateurs économiques à attirer les investissements chinois qui augmentent la vitesse et la qualité du processus de diversification économique en Angola.

 Il a déclaré que la CAC devrait jouer un rôle fondamental dans la promotion de la relation de complémentarités stratégiques entre les entreprises angolaises et chinoises, afin que les connaissances et la technologie de pointe des Asiatiques puissent être rapidement exploitées.

«La connaissance et la technologie sont les facteurs décisifs du développement et de la prospérité des nations. Par conséquent, il est nécessaire de promouvoir les investissements chinois en Angola», a-t-il admis.

L'investissement de la Chine sera toujours le bienvenu dans notre pays, pour financer des projets de développement et apporter un savoir-faire et une technologie de pointe », a-t-il affirmé.

Il a déclaré que le Gouvernement angolais faisait tout pour améliorer le climat des affaires dans le pays et rendre le processus d'investissement en Angola plus rapide et plus efficace.

 "Nous ne voulons pas que l'Angola soit vu par le monde comme un pays avec une trajectoire de croissance appauvrissante, c'est-à-dire un pays passif et soumis à des relations de sous-traitance dépendantes", a-t-il souligné.

Ce scénario, a-t-il dit, ne peut être évité que si l'Angola émerge dans le monde avec une compétitivité dans certains secteurs de l'économie, misant sur la différenciation et la qualité des produits locaux.

 Il a souligné le développement de secteurs tels que l'agriculture, l'industrie, le tourisme, la pêche, la construction civile, entre autres domaines qui contribuent à diversifier les sources de revenus, visant à atteindre des niveaux de croissance économique durable et efficace, comme les principaux défis du Gouvernement angolais.

Le dirigeant a déclaré que, bien qu'étant une année très difficile pour les économies de plusieurs pays du monde, en 2020, l'Angola a enregistré une croissance de 5 pour cent dans le secteur agricole.