L'OPEP recommande à chaque pays d'augmenter sa production à 7.700 barils /jour

  • Une plateforme pétrolière
Luanda - L'OPEP et ses partenaires ont décidé d'ajuster le niveau de production de pétrole dans chaque pays jusqu'à 7 700 barils / jour, cette année.

La décision a été prise lors de la 13e réunion ministérielle de l'OPEP et des partenaires tenue par visioconférence, à partir de Vienne, en Autriche.

Les ajustements de production pour avril et les mois suivants seront décidés lors de la réunion mensuelle de l'OPEP et des non-OPEP (ONOMM) suivant les critères convenus lors de la 12e ONOMM.

La réunion a aussi réitéré la nécessité de continuer à suivre de près les fondamentaux du marché, y compris l'offre non-DoC et son impact sur l'équilibre pétrolier mondial et la stabilité globale du marché.

Elle a conclu que des niveaux élevés de conformité contribuaient de manière significative au rééquilibrage et à la stabilité du marché.

Le forum a encore souligné qu'entre mai et novembre, les pays membres de l'OPEP et les pays non membres de l'OPEP avaient contribué à réduire l'offre mondiale d'environ 1,9 milliard de barils, y compris des ajustements volontaires, et que cela avait contribué au rééquilibrage du marché.

 

 

La décision a été prise lors de la 13e réunion ministérielle de l'OPEP et des partenaires tenue par visioconférence, à partir de Vienne, en Autriche.

Les ajustements de production pour avril et les mois suivants seront décidés lors de la réunion mensuelle de l'OPEP et des non-OPEP (ONOMM) suivant les critères convenus lors de la 12e ONOMM.

La réunion a aussi réitéré la nécessité de continuer à suivre de près les fondamentaux du marché, y compris l'offre non-DoC et son impact sur l'équilibre pétrolier mondial et la stabilité globale du marché.

Elle a conclu que des niveaux élevés de conformité contribuaient de manière significative au rééquilibrage et à la stabilité du marché.

Le forum a encore souligné qu'entre mai et novembre, les pays membres de l'OPEP et les pays non membres de l'OPEP avaient contribué à réduire l'offre mondiale d'environ 1,9 milliard de barils, y compris des ajustements volontaires, et que cela avait contribué au rééquilibrage du marché.