Le pays réaffirme la dynamisation de l'industrie pétrolière face au marché de l'énergie

  • Plateforme pétrolière offshore
Luanda – L’Angola maintiendra son engagement à permettre la croissance de l'industrie pétrolière, en tenant compte de la dynamique du marché de l'énergie, de la situation économique et financière actuelle et de la saison pandémique du Covid-19, a affirmé le ministre des Ressources minérales et du Pétrole, Diamantino Azevedo.

Le gouvernant a indiqué, mercredi, dans son deuxième discours en tant que président de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), que l'Angola maintiendra son engagement à stimuler la rentabilité du marché du brut.

Dans son intervention, le directeur a affirmé que les programmes de vaccination à travers le monde apportent un nouvel optimisme à l'industrie, après une longue période d'incertitude.

Diamantino Azevedo a ajouté que le marché de l'énergie est très dynamique, non seulement en raison de la situation du Covid-19, mais aussi à travers des conversations sur l'accélération de la transition énergétique.

"Bien qu'il y ait eu une baisse des investissements dans l'industrie pétrolière ces derniers mois, et que l'option pour les énergies renouvelables et la transition énergétique mondiale soit en vogue, le pétrole et le gaz seront toujours importants pendant encore des décennies", a-t-il averti.

Pour cette raison, a poursuivi le ministre des Ressources naturelles et du Pétrole, davantage d'investissements sont nécessaires et cruciaux pour éviter les crises énergétiques à l'avenir.

"Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que notre industrie reste forte et saine, et puisse répondre aux prévisions selon lesquelles" d'ici 2045, le pétrole représentera encore 28% de la demande énergétique ", a conclu le ministre Diamantino Azevedo.

Production de l'Angola et perspectives pour l'OPEP

La production de l'Angola est d'environ 1150 mb / j (millions de barils de pétrole par jour), avec une légère augmentation à 1667 mb / j.

Dans l’entre-temps, les projections de l'OPEP pour la croissance de la demande de pétrole brut en 2021 sont d'environ 5,9 millions de barils par jour.

Cette réunion se tient depuis novembre 2020, date à laquelle les 23 États membres du groupe OPEP + (13 OPEP et 10 non-OPEP) ont décidé de tenir des réunions mensuelles, via webinaire, pour évaluer l'évolution du marché pétrolier, afin de dynamiser le secteur.

L'événement de mercredi a précédé la 14e Conférence des Ministres de l'OPEP et partenaires, qui se tient ce jeudi 4 mars à Vienne (Australie), à ​​partir de 14 heures en Angola, via virtuel.

Tant la session de mercredi comme de ce jeudi, vont intervenir le prince Abdulaziz Bin Salman, ministre de l'Énergie de l'Arabie saoudite et coprésident de l'OPEP +, Alexander Novak, vice-premier ministre de la Fédération de la Russie et coprésident de l'OPEP +, et le président de l'OPEP et ministre des Ressources Minérales, du Pétrole et Gaz d’Angola, Diamantino  Azevedo.

Le gouvernant a indiqué, mercredi, dans son deuxième discours en tant que président de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), que l'Angola maintiendra son engagement à stimuler la rentabilité du marché du brut.

Dans son intervention, le directeur a affirmé que les programmes de vaccination à travers le monde apportent un nouvel optimisme à l'industrie, après une longue période d'incertitude.

Diamantino Azevedo a ajouté que le marché de l'énergie est très dynamique, non seulement en raison de la situation du Covid-19, mais aussi à travers des conversations sur l'accélération de la transition énergétique.

"Bien qu'il y ait eu une baisse des investissements dans l'industrie pétrolière ces derniers mois, et que l'option pour les énergies renouvelables et la transition énergétique mondiale soit en vogue, le pétrole et le gaz seront toujours importants pendant encore des décennies", a-t-il averti.

Pour cette raison, a poursuivi le ministre des Ressources naturelles et du Pétrole, davantage d'investissements sont nécessaires et cruciaux pour éviter les crises énergétiques à l'avenir.

"Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que notre industrie reste forte et saine, et puisse répondre aux prévisions selon lesquelles" d'ici 2045, le pétrole représentera encore 28% de la demande énergétique ", a conclu le ministre Diamantino Azevedo.

Production de l'Angola et perspectives pour l'OPEP

La production de l'Angola est d'environ 1150 mb / j (millions de barils de pétrole par jour), avec une légère augmentation à 1667 mb / j.

Dans l’entre-temps, les projections de l'OPEP pour la croissance de la demande de pétrole brut en 2021 sont d'environ 5,9 millions de barils par jour.

Cette réunion se tient depuis novembre 2020, date à laquelle les 23 États membres du groupe OPEP + (13 OPEP et 10 non-OPEP) ont décidé de tenir des réunions mensuelles, via webinaire, pour évaluer l'évolution du marché pétrolier, afin de dynamiser le secteur.

L'événement de mercredi a précédé la 14e Conférence des Ministres de l'OPEP et partenaires, qui se tient ce jeudi 4 mars à Vienne (Australie), à ​​partir de 14 heures en Angola, via virtuel.

Tant la session de mercredi comme de ce jeudi, vont intervenir le prince Abdulaziz Bin Salman, ministre de l'Énergie de l'Arabie saoudite et coprésident de l'OPEP +, Alexander Novak, vice-premier ministre de la Fédération de la Russie et coprésident de l'OPEP +, et le président de l'OPEP et ministre des Ressources Minérales, du Pétrole et Gaz d’Angola, Diamantino  Azevedo.