L’Angola restructure sa dette privée sans abaisser le rating - ONU

  • La ville de Luanda
Luanda - L'Angola est le seul pays à ce jour à avoir réussi à restructurer la dette privée sans que cela implique une baisse du «rating», selon Destak, le seul quotidien gratuit au Portugal, dans sa publication de lundi.

À ce sujet, la secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique, Vera Songwe, a expliqué que l'Angola était une sorte de précurseur dans ce que devrait être le Cadre commun pour le traitement de la dette outre l'Initiative de suspension du service de la dette (DSSI).

«Les autorités ont pu négocier avec les créanciers publics et privés chinois et ont eu de longues discussions pour régler la dette avant le lancement du Cadre commun. Ils ont eu de la chance et l'ont fait rapidement », a déclaré Vera Songwe.

Selon la responsable, qui s’exprimait lors d’un entretien avec Lusa, en marge de la conférence des ministres africains des finances, qui se déroule jusqu'à mardi, aucun pays n'est passé par le processus du Cadre ".

La secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique a souligné que l’adhésion à cette initiative lancée par le G20 pour faire face à la dette insoutenable, au-delà de la DSSI, impliquait une baisse de la «notation».

À ce sujet, la secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique, Vera Songwe, a expliqué que l'Angola était une sorte de précurseur dans ce que devrait être le Cadre commun pour le traitement de la dette outre l'Initiative de suspension du service de la dette (DSSI).

«Les autorités ont pu négocier avec les créanciers publics et privés chinois et ont eu de longues discussions pour régler la dette avant le lancement du Cadre commun. Ils ont eu de la chance et l'ont fait rapidement », a déclaré Vera Songwe.

Selon la responsable, qui s’exprimait lors d’un entretien avec Lusa, en marge de la conférence des ministres africains des finances, qui se déroule jusqu'à mardi, aucun pays n'est passé par le processus du Cadre ".

La secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique a souligné que l’adhésion à cette initiative lancée par le G20 pour faire face à la dette insoutenable, au-delà de la DSSI, impliquait une baisse de la «notation».