Mise en service de la première mine de manganèse

  • Ministre des Ressources Minérales, du Pétrole et du Gaz, Diamantino Azevedo
Luanda - La première mine de manganèse en Angola, située, partiellement entre les provinces de Cuanza Norte et Malanje (Katota), entrera en service en avril de cette année, a annoncé le ministre des Ressources minérales, du Pétrole et du Gaz, Diamantino Azevedo.

Le gouvernant a révélé le fait, vendredi, à Luanda, lors du Forum sur «Les opportunités d'affaires en Angola dans le domaine des ressources minérales, du pétrole et du gaz», destiné aux chefs des missions diplomatiques dans le pays.

"En avril, nous inaugurerons une mine de manganèse, qui est partiellement située entre les provinces de Malanje et Cuanza Norte, à la suite du premier appel d'offres public pour l'octroi de droits miniers", a affirmé le titulaire du secteur minier en Angola.

Le manganèse est utilisé dans la fabrication d'aciers spéciaux, car il améliore les propriétés de forgeage, la rigidité et la résistance à l'usure.

En ce qui concerne les appels d'offres publics organisés récemment, il a dit que les licences respectives pour un projet de phosphate de Cacato à Cabinda ont déjà été négociées et attribuées, tandis que d'autres pour l'exploration de phosphate dans la province de Zaire sont en cours de négociation.

Diamantino Azevedo a indiqué que des discussions étaient également en cours pour explorer le fer à Cuanza Norte, en plus d'autres projets de prospection de terres rares, de niobium et d'or, à un moment où des entreprises australiennes prospectent dans l'emblématique projet Casinga, à Huila.

"Informez les entrepreneurs de vos pays pour qu'ils viennent investir dans les différents segments des industries minière, pétrolière et énergétique", a lancé Diamantino Azevedo au corps diplomatique.

Prospection d'or

Le responsable a déclaré que, dans le cadre de la prospection d'or, en Angola, un groupe de 28 petites et moyennes entreprises nationales, étrangères et partenaires, prospectent de l'or dans les provinces de Cabinda, Huambo, Huila et d'autres régions du pays.

Selon le ministre des Ressources Minérales, du Pétrole et du Gaz, deux projets d'exportation d'or sont déjà en cours, dont l'un a été réalisé (prospection) par des spécialistes angolais de la Ferrangol.

Diamantino Azevedo a mentionné qu'il existe encore plusieurs autres entreprises nationales dans la prospection du cuivre et du lithium.

Comme référence pour les grandes entreprises, il a évoqué la multinationale minière Anglo-America, qui a négocié six concessions dans les provinces de Moxico (cuivre, cobalt et argent) et à Cunene (cuivre, cobalt et nickel), dont les projections minières commencent au premier semestre de cette année 2021.

Malgré le contexte mondial, Diamantino Azevedo a exprimé sa satisfaction face à l'attitude des investisseurs, rappelant que la loi angolaise accorde sept ans, uniquement pour la phase de prospection des mineurs, ce qui nécessite du temps, des risques élevés et des investissements élevés.

Le gouvernant a révélé le fait, vendredi, à Luanda, lors du Forum sur «Les opportunités d'affaires en Angola dans le domaine des ressources minérales, du pétrole et du gaz», destiné aux chefs des missions diplomatiques dans le pays.

"En avril, nous inaugurerons une mine de manganèse, qui est partiellement située entre les provinces de Malanje et Cuanza Norte, à la suite du premier appel d'offres public pour l'octroi de droits miniers", a affirmé le titulaire du secteur minier en Angola.

Le manganèse est utilisé dans la fabrication d'aciers spéciaux, car il améliore les propriétés de forgeage, la rigidité et la résistance à l'usure.

En ce qui concerne les appels d'offres publics organisés récemment, il a dit que les licences respectives pour un projet de phosphate de Cacato à Cabinda ont déjà été négociées et attribuées, tandis que d'autres pour l'exploration de phosphate dans la province de Zaire sont en cours de négociation.

Diamantino Azevedo a indiqué que des discussions étaient également en cours pour explorer le fer à Cuanza Norte, en plus d'autres projets de prospection de terres rares, de niobium et d'or, à un moment où des entreprises australiennes prospectent dans l'emblématique projet Casinga, à Huila.

"Informez les entrepreneurs de vos pays pour qu'ils viennent investir dans les différents segments des industries minière, pétrolière et énergétique", a lancé Diamantino Azevedo au corps diplomatique.

Prospection d'or

Le responsable a déclaré que, dans le cadre de la prospection d'or, en Angola, un groupe de 28 petites et moyennes entreprises nationales, étrangères et partenaires, prospectent de l'or dans les provinces de Cabinda, Huambo, Huila et d'autres régions du pays.

Selon le ministre des Ressources Minérales, du Pétrole et du Gaz, deux projets d'exportation d'or sont déjà en cours, dont l'un a été réalisé (prospection) par des spécialistes angolais de la Ferrangol.

Diamantino Azevedo a mentionné qu'il existe encore plusieurs autres entreprises nationales dans la prospection du cuivre et du lithium.

Comme référence pour les grandes entreprises, il a évoqué la multinationale minière Anglo-America, qui a négocié six concessions dans les provinces de Moxico (cuivre, cobalt et argent) et à Cunene (cuivre, cobalt et nickel), dont les projections minières commencent au premier semestre de cette année 2021.

Malgré le contexte mondial, Diamantino Azevedo a exprimé sa satisfaction face à l'attitude des investisseurs, rappelant que la loi angolaise accorde sept ans, uniquement pour la phase de prospection des mineurs, ce qui nécessite du temps, des risques élevés et des investissements élevés.