Les revenus pétroliers et non pétroliers de l'ordre de 5 milliards de Kwanzas

  • L'édifice de la Sonangol
Luanda - Les revenus pétroliers et non pétroliers, de janvier à octobre de cette année, sont estimés à cinq milliards de kwanzas, selon les données fournies par le président de l'Administration générale des impôts (AGT, sigle ne portugais).

Paulino dos Santos, qui a été invité, mardi, par le groupe Media Rumo à exposer les principaux changements dans le système fiscal angolais, a fait savoir que de ce montant, 57,5% représentait les recettes fiscales du secteur pétrolier et 42,5% des secteurs non  pétroliers.

Les revenus pétroliers, de janvier à septembre de cette année, se sont élevés à plus de 2,864 milliards de kwanzas, avec l'exportation de 360 418 745 barils de pétrole brut à un prix moyen de 43,07 dollars américains le baril.

Sans préciser le montant, il a déclaré qu'il y avait une légère augmentation par rapport aux recettes fiscales non pétrolières, par rapport aux années 2018 et 2019.

En 2010, lorsque la réforme fiscale a commencé en Angola, les recettes non pétrolières étaient de 33%, un pourcentage qui n'atteignait pas un billion de kwanzas, soit 688 milliards de kwanzas.

Selon lui, la taxe industrielle et la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sont celles qui ont le plus contribué à la perception des recettes non pétrolières, au cours des 10 derniers mois (de cette année).

En un an (du 1er  octobre 2019 au 1er  octobre 2020), la TVA (avec un taux unique de 14% pour les importations de biens) a contribué à la collecte de plus de 300 milliards de kwanzas.

Paulino dos Santos, qui a été invité, mardi, par le groupe Media Rumo à exposer les principaux changements dans le système fiscal angolais, a fait savoir que de ce montant, 57,5% représentait les recettes fiscales du secteur pétrolier et 42,5% des secteurs non  pétroliers.

Les revenus pétroliers, de janvier à septembre de cette année, se sont élevés à plus de 2,864 milliards de kwanzas, avec l'exportation de 360 418 745 barils de pétrole brut à un prix moyen de 43,07 dollars américains le baril.

Sans préciser le montant, il a déclaré qu'il y avait une légère augmentation par rapport aux recettes fiscales non pétrolières, par rapport aux années 2018 et 2019.

En 2010, lorsque la réforme fiscale a commencé en Angola, les recettes non pétrolières étaient de 33%, un pourcentage qui n'atteignait pas un billion de kwanzas, soit 688 milliards de kwanzas.

Selon lui, la taxe industrielle et la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sont celles qui ont le plus contribué à la perception des recettes non pétrolières, au cours des 10 derniers mois (de cette année).

En un an (du 1er  octobre 2019 au 1er  octobre 2020), la TVA (avec un taux unique de 14% pour les importations de biens) a contribué à la collecte de plus de 300 milliards de kwanzas.