La construction de la Raffinerie de Lobito s’achèvera en 2026

  • La Raffinerie de Lobito
Luanda- Les travaux de construction de la raffinerie de Lobito (province de Benguela), conçue pour traiter 200.000 barils de pétrole par jour, seront achevés entre 2025 et 2026, a informé mardi (27) le coordinateur du projet, Guimário Correia.

Le projet est évalué à 6 milliards de dollars et il sera soumis, dans cinq mois, à un appel d'offres public, afin de déterminer l'entreprise de construction de la société.

Répondant à une interview à la Radio Nationale d’Angola, le coordinateur a déclaré qu'après la période de sélection, Sonangol procédera aux négociations et arrangements nécessaires avec la société qui remportera l'appel d'offres public, pendant une période pouvant aller jusqu'à trois mois.

Guimário Correia soutient que les investisseurs potentiels peuvent participer au concours individuellement ou en consortium avec d'autres entreprises/personnes, dès lors qu'ils démontrent un statut juridique, une capacité financière et technique et une réputation indemne.

Diagnostique et stratégies du secteur de raffinerie en Angola

Actuellement, le pays dépend presque entièrement des importations de produits raffinés, principalement de l'essence et du mazout, qui sont largement utilisés dans les transports et dans l'industrie en pleine croissance.

Afin de supprimer cette dépendance totale, le gouvernement angolais a défini une stratégie qui permet aux groupes nationaux et étrangers d’investir dans l’industrie de la raffinerie du pétrole pour la construction de nouvelles raffineries.

Dans le cadre de la stratégie, les investissements sont en cours dans la raffinerie de Luanda, qui a une capacité de traitement de 65 000 barils de pétrole par jour, apportant des améliorations techniques et opérationnelles pour augmenter la production d'essence et de diesel, outre l' amélioration de la qualité de ces produits.

De plus, le pays disposera de la future raffinerie de Cabinda, dont la mise en service est prévue en 2022, avec une capacité de raffinage de 60 000 barils de pétrole par jour.

La future raffinerie de Soyo, sa mise en opération est projetée en 2025, avec une capacité de production de 100 000 barils de pétrole par jour.

L'Angola, bien que pays producteur de pétrole, ne possède actuellement qu'une seule raffinerie, celle de Luanda, et importe des dérivés du pétrole.

La raffinerie de Luanda ne fournit que 20 % des besoins en carburant dans le pays.

 


 

Le projet est évalué à 6 milliards de dollars et il sera soumis, dans cinq mois, à un appel d'offres public, afin de déterminer l'entreprise de construction de la société.

Répondant à une interview à la Radio Nationale d’Angola, le coordinateur a déclaré qu'après la période de sélection, Sonangol procédera aux négociations et arrangements nécessaires avec la société qui remportera l'appel d'offres public, pendant une période pouvant aller jusqu'à trois mois.

Guimário Correia soutient que les investisseurs potentiels peuvent participer au concours individuellement ou en consortium avec d'autres entreprises/personnes, dès lors qu'ils démontrent un statut juridique, une capacité financière et technique et une réputation indemne.

Diagnostique et stratégies du secteur de raffinerie en Angola

Actuellement, le pays dépend presque entièrement des importations de produits raffinés, principalement de l'essence et du mazout, qui sont largement utilisés dans les transports et dans l'industrie en pleine croissance.

Afin de supprimer cette dépendance totale, le gouvernement angolais a défini une stratégie qui permet aux groupes nationaux et étrangers d’investir dans l’industrie de la raffinerie du pétrole pour la construction de nouvelles raffineries.

Dans le cadre de la stratégie, les investissements sont en cours dans la raffinerie de Luanda, qui a une capacité de traitement de 65 000 barils de pétrole par jour, apportant des améliorations techniques et opérationnelles pour augmenter la production d'essence et de diesel, outre l' amélioration de la qualité de ces produits.

De plus, le pays disposera de la future raffinerie de Cabinda, dont la mise en service est prévue en 2022, avec une capacité de raffinage de 60 000 barils de pétrole par jour.

La future raffinerie de Soyo, sa mise en opération est projetée en 2025, avec une capacité de production de 100 000 barils de pétrole par jour.

L'Angola, bien que pays producteur de pétrole, ne possède actuellement qu'une seule raffinerie, celle de Luanda, et importe des dérivés du pétrole.

La raffinerie de Luanda ne fournit que 20 % des besoins en carburant dans le pays.