La secrétaire d'État fait l'éloge des enchères immobilières de la BPC

  • Secrétaire d'État à l'Aménagement du Territoire, Ana Paula de Carvalho
Luanda - Le processus de vente, aux enchères, des actifs immobiliers constitués de 480 propriétés, au niveau national, de la Banque d'épargne et de crédit (BPC), contribuera à réduire la pression immobilière sur l'État, a considéré mercredi, à Luanda, la secrétaire d’Etat à l’Aménagement du Territoire, Ana Paula de Carvalho.

S'adressant à la presse, lors de la cérémonie de lancement de la commercialisation des actifs immobiliers sous la direction de BPC, il a souligné que le processus finit par être un point de départ, car cette banque ouvre maintenant et, plus tard, d'autres suivront, de sorte que le secteur a une plus grande capacité de réponse en matière de logement.

Pour sa part, le secrétaire d'État à la Jeunesse, a déclaré que le processus de la BPC intervient à un moment opportun, car il soulagera le programme qui est développé par le ministre des Travaux publics et de l'Aménagement du territoire.

Selon lui, une nouvelle porte s'ouvre à la jeunesse angolaise, dans la réalisation du rêve d'accession à une propriété.

«Le processus sera ouvert à tous, en priorité à ceux qui ont leur salaire domicilié à la BPC. De cette manière, nous appelons les jeunes à s'inscrire sur le site pour voir le rêve se réaliser », a-t-il renforcé.

Le processus de gestion et de cession des actifs non stratégiques (ne faisant pas partie du cœur de métier) de la BPC, avec un portefeuille d'actifs immobiliers composé de 480 propriétés, à l'échelle nationale, a une superficie brute d'environ 5,5 millions de m².

Parmi les propriétés existantes, 66% se trouvent dans des zones urbaines et 34% dans des zones rurales, environ 80% des propriétés étant concentrées dans les provinces de Luanda, Bengo, Huíla et Benguela.

S'adressant à la presse, lors de la cérémonie de lancement de la commercialisation des actifs immobiliers sous la direction de BPC, il a souligné que le processus finit par être un point de départ, car cette banque ouvre maintenant et, plus tard, d'autres suivront, de sorte que le secteur a une plus grande capacité de réponse en matière de logement.

Pour sa part, le secrétaire d'État à la Jeunesse, a déclaré que le processus de la BPC intervient à un moment opportun, car il soulagera le programme qui est développé par le ministre des Travaux publics et de l'Aménagement du territoire.

Selon lui, une nouvelle porte s'ouvre à la jeunesse angolaise, dans la réalisation du rêve d'accession à une propriété.

«Le processus sera ouvert à tous, en priorité à ceux qui ont leur salaire domicilié à la BPC. De cette manière, nous appelons les jeunes à s'inscrire sur le site pour voir le rêve se réaliser », a-t-il renforcé.

Le processus de gestion et de cession des actifs non stratégiques (ne faisant pas partie du cœur de métier) de la BPC, avec un portefeuille d'actifs immobiliers composé de 480 propriétés, à l'échelle nationale, a une superficie brute d'environ 5,5 millions de m².

Parmi les propriétés existantes, 66% se trouvent dans des zones urbaines et 34% dans des zones rurales, environ 80% des propriétés étant concentrées dans les provinces de Luanda, Bengo, Huíla et Benguela.