Vers la réparation des barrages pour la croissance de la production agricole

  • Huíla: Milton Reis, secretário de Estado para o Planeamento
Quipungo - Le secrétaire d'État à la Planification, Milton Reis, a déclaré qu’une attention particulière serait portée à la réparation des barrages, afin que l'accès à l'eau soit plus facile pour les producteurs de la province de Huíla.

Milton Reis, qui faisait le bilan de la visite dans les municipalités de Quipungo et Matala, a déclaré que l'accès à l'eau était l'une des «grandes» difficultés auxquels le producteur local était confronté, même à Humpata, où il y a de l'eau.

Concernant les périmètres irrigués en mauvais état, il a souligné que la solution passait par leur réhabilitation, déjà alignée sur les priorités du gouvernement, car ce sont des infrastructures qui nécessitent une intervention pour les rendre fonctionnelles et pour aider à augmenter la production des agriculteurs.

«Le bilan est positif. Nos producteurs sont organisés et engagés à augmenter  la production nationale», a-t-il précisé.

Selon le secrétaire d’État, il faut soutenir les producteurs afin qu’il y ait plus de coopératives et de jeunes entrepreneurs à adhérer à la ligne de microcrédit du Fonds actif de capital de risque angolais (FACRA), et des entrepreneurs qui parient sur une production à grande échelle, principalement de maïs.

Milton Reis, qui faisait le bilan de la visite dans les municipalités de Quipungo et Matala, a déclaré que l'accès à l'eau était l'une des «grandes» difficultés auxquels le producteur local était confronté, même à Humpata, où il y a de l'eau.

Concernant les périmètres irrigués en mauvais état, il a souligné que la solution passait par leur réhabilitation, déjà alignée sur les priorités du gouvernement, car ce sont des infrastructures qui nécessitent une intervention pour les rendre fonctionnelles et pour aider à augmenter la production des agriculteurs.

«Le bilan est positif. Nos producteurs sont organisés et engagés à augmenter  la production nationale», a-t-il précisé.

Selon le secrétaire d’État, il faut soutenir les producteurs afin qu’il y ait plus de coopératives et de jeunes entrepreneurs à adhérer à la ligne de microcrédit du Fonds actif de capital de risque angolais (FACRA), et des entrepreneurs qui parient sur une production à grande échelle, principalement de maïs.