La Cour internationale donne raison à Sonangol dans le « cas GALP »

  • L'édifice de la Sonangol
Luanda- La Cour d'arbitrage internationale, sous les auspices de l'Institut d'arbitrage des Pays-Bas, a rendu, le 23 de ce mois, la sentence définitive en faveur de Sonangol, suite au litige entamé en 2019, avec Exem Energy BV, de la femme d'affaires Isabel dos Santos.

Selon un communiqué auquel l'Angop a eu accès, la décision de la Cour d'arbitrage attribue pleinement la position indirecte dans Galp, partagée par la Sonangol et Exem Energy, propriété d'Isabel dos Santos, à la compagnie pétrolière angolaise.

Le litige portait sur la participation de 40 % détenue par Exem, prétendument cédée par Sonangol EP, via Esperaza Holdings BV, la société par l'intermédiaire de laquelle la compagnie pétrolière nationale a réalisé, en 2006, un investissement jugé fructueux dans la compagnie pétrolière portugaise et le gazier Galp SA.

Les 40 pour cent des actions contestées d'Esperaza Holding BV ont une valeur marchande actuelle d'environ 700 millions de dollars.

Suite à la décision de la Cour d'Arbitrage, Sonangol sera réintégrée, en tant qu'actionnaire unique (100%), d'Esperaza Holdings BV.

 Sonangol garantit que, avec les preuves documentaires et la tenue d'une audience de sept jours, la Cour d'arbitrage internationale "a conclu que la transaction par laquelle Exem Energy BV avait l'intention d'acquérir sa participation dans Esperaza Holding BV était illégale, permettant à ses propriétaires d'influencer le contrôle direct de la compagnie pétrolière nationale, pour récolter des avantages financiers extraordinaires en sa faveur au détriment de la première et, par conséquent, de l'État angolais ».

Sur la base des conclusions, considérées comme factuelles, la Cour d'arbitrage internationale a déclaré la transaction nulle et non avenue et que la Sonangol est le propriétaire légitime, à 100 pour cent, d'Esperança Holdings B.V.

 

 

 

 

 

Selon un communiqué auquel l'Angop a eu accès, la décision de la Cour d'arbitrage attribue pleinement la position indirecte dans Galp, partagée par la Sonangol et Exem Energy, propriété d'Isabel dos Santos, à la compagnie pétrolière angolaise.

Le litige portait sur la participation de 40 % détenue par Exem, prétendument cédée par Sonangol EP, via Esperaza Holdings BV, la société par l'intermédiaire de laquelle la compagnie pétrolière nationale a réalisé, en 2006, un investissement jugé fructueux dans la compagnie pétrolière portugaise et le gazier Galp SA.

Les 40 pour cent des actions contestées d'Esperaza Holding BV ont une valeur marchande actuelle d'environ 700 millions de dollars.

Suite à la décision de la Cour d'Arbitrage, Sonangol sera réintégrée, en tant qu'actionnaire unique (100%), d'Esperaza Holdings BV.

 Sonangol garantit que, avec les preuves documentaires et la tenue d'une audience de sept jours, la Cour d'arbitrage internationale "a conclu que la transaction par laquelle Exem Energy BV avait l'intention d'acquérir sa participation dans Esperaza Holding BV était illégale, permettant à ses propriétaires d'influencer le contrôle direct de la compagnie pétrolière nationale, pour récolter des avantages financiers extraordinaires en sa faveur au détriment de la première et, par conséquent, de l'État angolais ».

Sur la base des conclusions, considérées comme factuelles, la Cour d'arbitrage internationale a déclaré la transaction nulle et non avenue et que la Sonangol est le propriétaire légitime, à 100 pour cent, d'Esperança Holdings B.V.